mercredi 25 septembre 2013

Les verts : un parti de plus en plus jeune

La moyenne d'âge des députés écolos vient de baisser d'un coup avec la démission annoncée de Noël Mamère, 65 ans, qui choisit de se replier comme maire de sa bonne ville de Bègles où il prendra sa retraite calme. Il dénonce dans Le Monde le clan Duflot, les petits jeunes qui veulent transformer les Verts en parti permanent et organisé (lire "en parti sous contrôle").

Les Verts, avant même de créer une alliance purement électorale avec Europe Ecologie, on toujours voulu être un parti différent, baba cool dans son organisation, fonctionnant à coup de consensus improbables et de coups de gueule autour de grands combats. Encore aurait-il fallu toujours choisir des combats forts et qui passent bien dans la société. Le poids politique des écolos a toujours été plus fort dans les élections locales que nationales. Devenir un parti "de gouvernement" n'est pas une chose facile pour un parti sans chef, plein de militants locaux convaincus et grognons en ce moment.

Le départ de Mamère sonnera-t-il comme une nouvelle orientation pour ce parti original, très loin des Verts allemands ou scandinaves ? Du point de vue de François, cela doit paraître comme un élément positif ancrant un peu plus les écolos dans sa majorité. Du point de vue des ministres Verts, ils respirent et peuvent continuer à faire leur trou, en attendant un remaniement nécessaire en 2014. Du point de vue des électeurs sensibles à l'écologie, la porte se rouvre pour d'autres partis écolos et les prochaines municipales verront fleurir encore plus de candidats s'en réclamant. Du point de vue du citoyen normal, et au-delà de la tempête dans un verre d'eau microcosmique parisien, cette démission montre que les vrais combats à notre portée sont des combats locaux, en commençant à l'échelle de la commune.

Ne soyons pas Candide. Il ne suffit pas de "cultiver son jardin" pour être heureux et être utile. Il en faut un peu plus, surtout quand on a été militant. Et notamment, pour les vieux, il faudrait par exemple au moins former quelques jeunes à être plus actifs et moins désabusés. Alors espérons pour Monsieur Mamère que son château jardin de Bègles lui permettra de faire renaître la motivation et la mobilisation écolo chez plein de jeunes et de faire tache d'huile de palme de tournesol. La France a besoin d'écolos.

PS (si jose dire) : Daniel Cohn-Bendit partage évidemment le "ras le bol" de Mamère. Ca vous surprend. Nicolas Hulot reste prudent coincé entre deux feux. Et qu'en dit Ségolène ?

PPS : Et un petit souvenir en passant pour vous surprendre : pas un journal télévisé qu'il a présenté dans les années 80 avant de devenir Vert, mais une petite chanson...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire