jeudi 7 janvier 2021

Coup au Capitole - la presse a des mots bien différents dans le monde

Hier soir et cette nuit (en France) on a pu vivre un épisode mémorable de l'Histoire américaine. Mon billet d'hier a été publié juste avant. J'y écrivais : "Une rentrée délicate pour la démocratie américaine avec l'officialisation de l'élection de Joe Biden dans un Congrès divisé où tous les coups bas sont permis notamment pour se positionner comme candidat républicain en 2024 face à un Trump défait, furieux, manipulateur mais qui se laisse piéger par un enregistrement audio d'une conversation téléphonique désastreuse pour le démocratie, dans un état - la Géorgie bien nommée - qui va basculer de rouge à bleu dans un mouvement tectonique non prévu"

Quelque chose d'imprévu avec cette ampleur est arrivé, même si les experts qui pullulent se rengorgent tous en affirmant qu'ils l'avaient prévu. Je parle bien sûr de l'invasion du Capitole par une foule de Trumpfans (j'ai failli écrire des schrtrumpfans mais ce n'est pas drôle). Le Congrès a quand même réussi à désigner (enfin) Biden comme nouveau président après quelques heures d'émeutes inédites. En prime les démocrates auront la majorité au Sénat donc ils détiendront à partir du 20 janvier toutes les clés. Une défaite en rase campagne de Trump.

Comme d'habitude, en cas d'événement majeur, je vous ai préparé une page avec les Unes de la presse mondiale. Dux pages en fait (avec la presse internationale d'ne part, et la presse US d'autre part - encore peu remplie à cette heure matinale).

Les Unes de la presse internationale (141)

Les Unes de la presse US

Quelques exemples ci-dessous... Mais l'histoire est loin d'être finie














mercredi 6 janvier 2021

Un début d'année en fanfare GAFAM+BATX+NULS

On est déjà dans le dur et c'est à peine l'épiphanie !

  • Reconfinements autour de la France et durcissements attendus ici aussi
  • Vaccinations qui patinent mais attendues avec impatience (en tous cas par ceux qui ne monopolisent pas nos temps de cerveau pas très disponible avec des non sens anti-vax)
  • Un Brexit dont les premiers effets commencent à se faire sentir (en tous cas psychologiques) avec la nouvelle peur de la variante anglaise du virus chinois
  • Une rentrée délicate pour la démocratie américaine avec l'officialisation de l'élection de Joe Biden dans un Congrès divisé où tous les coups bas sont permis notamment pour se positionner comme candidat républicain en 2024 face à un Trump défait, furieux, manipulateur mais qui se laisse piéger par un enregistrement audio d'une conversation téléphonique désastreuse pour le démocratie, dans un état - la Géorgie bien nommée - qui va basculer de rouge à bleu dans un mouvement tectonique non prévu
  • Et une rentrée encore plus délicate pour un Macron au karma bien pâle en ce moment

Et puis, une petite réaction de ma part à ce message d'un geek respecté sur un site de geeks que je fréquente mais dont je tairai le nom par respect :

"Je pense qu'il est maintenant temps de tuer les GAFAM avant qu'ils ne deviennent, avec des groupes chinois, les vrais maîtres de ce monde."

Qu'est ce que ça m'inspire ?

Plusieurs choses :

- N'est-il pas trop tard, docteur Folamour ? Les geeks célèbrent tous les jours les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft). Il y a aussi les BATX (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi) chez les chinois et les NULS (personne) chez les européens. À part les purs et durs du logiciel libre (ou même des contenus libres) sur des machines elles-mêmes libres, ils sont / nous sommes toutes et tous des utilisateurs / clients / usagers / esclaves de ces grands groupes.

- On dirait que c'est seulement maintenant que ce type de réveil arrive, juste au moment ou on parle de plus en plus des chinois, de la bipolarisation technologique et économique USA-Chine. Comme si les américains tous seuls étaient des gentils et les chinois des méchants. Soyons clairs : ils sont tous méchants, pas par nature mais par intérêt économique et commercial. Il est vrai que lorsque le pouvoir chinois fait "disparaître" le patron emblématique d'Alibaba parce qu'il en critique la bureaucratie (et la corruption a-t-il même osé dire, le vilain), on ne peut que se féliciter de voir les américains soutenir à fond leurs GAFAM et s'octroyer le pouvoir de lire tout ce qui passe par eux - et ça en fait beaucoup.

- Signe des coïncidences inexplicables (sauf par les complotantes qui confondent corrélation et causalité), j'écoutais ce matin sur France Inter l'interview de Gérald Bronner, l'auteur-sociologue de l'Apocalypse cognitive qui sort en ce moment. Un vrai triste bilan sur nos dépendances au numérique. La dépendance n'est grave que si elle est exclusive. Et la plupart du temps elle l'est. Comme j'aime les coïncidences, je ne peux que remarquer le nom de l'auteur qui me rappelle John Brunner le pape de la science-fiction futuriste qui a beaucoup écrit sur notre monde actuel il y a quelques dizaines d'années.

- Un appel au meurtre (même des GAFAM) est un peu ridicule, mais c'est dans l'air du temps. Une violence sourde (aux autres et à elle-même) qui se développe sans retenue.

- Au moins une confirmation : les geeks, même respectés ne font pas forcément de bons politiques. Et les politiques sont rarement des geeks, tellement ils sont hors du temps et du peuple (dans leur histoire à eux) ou au contraire attirés comme des moucherons par la lumière des tweets et autres instagram d'influenceurs(euses). Un fossé qui laisse béante la fracture numérique par laquelle s'engouffrent les futurs maître du monde.

Et vous ? Réflechissez-y à l'occasion...


vendredi 1 janvier 2021

2021

Bonne année 2021 ?

Oui !

Nous retiendrons chacune et chacun ce qui nous est arrivé de mieux en 2020. Et il y en a eu ! Il y en a toujours. On se souviendra aussi de ce qu'il y a eu de pire. Et il y en a eu, les médias ne parlent que de ça, oublier 2020, mais il y en a eu aussi à tous les niveaux, sur les plans personnels.

Je ne vais pas vous faire ici ma liste, elle ne regarde que moi et mes proches. Faites la vôtre, en deux colonnes, comme avec Excel (le plus mieux et le plus pire). Et regardez les gros cailloux surtout, pas le gravier ou même la bière ! Est-ce que le confinement a été un gros caillou ou pas ? A vous de dire. Et dans quelle colonne ?

Pour 20-21 et même 22 que se passera-t-il ? Impossible à dire. Même les gros trucs prévus peuvent changer, encore plus que d'habitude. Mais c'est une bonne idée de lister ces gros trucs, importants pour vous, même s'ils ne se réalisent pas. 

Au fait, Monsieur et Madame Pomme m'ont dit de vous poster un message de leur part : 

"Nous sommes loin pour le moment, mais nous reviendrons. En attendant de nous revoir... Carpe Diem !"

Merci à Monsieur et Madame Pomme ! Nous attendrons votre retour avec patience. L'année 2021 démarre sur les chapeaux de roue et sera très riche.

 




Etrange que Pantone ait choisi pour la Couleur de l'année 2021, un mélange Soleil-Gris, non ?

mardi 22 décembre 2020

Monsieur et Madame Pomme... changent de vie - Épisode 322

Premier épisode là et épisode d'hier ici (enfin hier...)

Épisode 322 ? Oui, car c'est la révélation magique ! (3+2+2=7)

Mais où étaient passés Monsieur et Madame Pomme ? Vous vous souvenez qu'ils faisaient maintenant partie d'un groupe de combattantes. Vous vous souvenez aussi que les indices étaient maigres pour savoir de quoi il s'agissait ?

Et bien voilà ! C'est fait. Le Grand Œuvre est achevé.

Depuis lundi soir (hier), jour du solstice d'hiver, un jour traditionnellement réservé aux sorcières et autres cérémonies celtes et païennes...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

Hier en effet a eu lieu la conjonction de Jupiter et Saturne dans le ciel. Un événement rare et qui n'a pas été aussi puissant depuis le règne de Louis XIV.

Nous pouvons donc remercier Madame Pomme et son groupe de combattantes (auxquelles il faut ajouter Monsieur Pomme, sur le tard il est vrai) pour leurs efforts qui ont permis de déplacer des montagnes des planètes. Peu d'initiés étaient au courant, mais le résultat est là.

Vu de loin, la conjonction des deux planètes ressemble à une boule de Noël (on l'appelle l'étoile de Noël d'ailleurs) mais cette année, à une pomme !!! Eh oui !!!

Sur cette bonne nouvelle, Monsieur et Madame Pomme vous souhaitent de bonnes fêtes et vous embrassent !

jeudi 3 décembre 2020

Monsieur et Madame Pomme... changent de vie - Épisode 303

Premier épisode là et épisode d'hier ici

Épisode 303 ???

Mais que se passe-t-il avec Monsieur Pomme ? Il a l'air bien absent en ce moment, vous ne trouvez pas ? Un billet quotidien pendant le confinement avait-il promis. Ok, le confinement se desserre et se termine le 15 décembre, mais quand même, il n'est pas terminé, non mais ! Déjà la dernière fois il avait laissé passer plusieurs jours, et là aussi...

Alors, vous nous connaissez, nous avons enquêté... Que se passe-t-il ? Petite révision :

- Maradona est mort et même si Monsieur Pomme aime le foot il n'était pas adepte de l'église maradonienne (et non marathonienne comme le lui suggère son correcteur orthographique). Il croyait ne pas avoir été aussi marqué. Peut-être que la quasi-qualification du PSG en C1 a réveillé ses instincts. Il a passé sa nuit à assembler une page de Unes de la presse mondiale sur la mort de la main de Dieu. Un bon record, parmi les plus hauts, vu l'immense popularité de Maradona. C'est un peu à froid, car une actualité chasse l'autre, mais les bons plats se mangent réchauffés. La page est ici ! (249 Unes, dont toutes les argentines évidemment).

- Giscard aussi est mort, mais là pas envie d'en parler, c'est un autre siècle, que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître... Un homme dans sa bulle, intelligent tout seul mais un peu éloigné du vrai monde. La solitude de la vieille élite française et aristocratique comme dans les romans. Ou l'Histoire, pas forcément la grande. Un écrivain frustré mais qui a permis à ceux qui avaient entre 18 et 21 ans lors de son élection de gagner un peu de temps pour avoir leur majorité plus vite. Un homme pressé et compressé entre RPR et RPR... Il est mort le 2 décembre, de la COVID, le bon choix (Madame, bon choix Monsieur). Le jour impérial par excellence avec plusieurs Bonaparte aux manettes et plein de particules à distribuer. Une parenthèse éclairée par des personnalités brillantes autour de lui. Pas de pages de Unes pour lui, désolé.

- La journée internationale du handicap aujourd'hui ? Monsieur et Madame Pomme sont très intéressés naturellement. Un sujet dont on doit parler à peu près un jour par an, gâché cette année par les hommages hypocrites à VGE. Un sujet pourtant qui devrait devenir un non sujet s'il était intégré plus dans la société. Un peu comme le 8 mars pour les droits des femmes. Mais on n'en est pas encore là !

- Monsieur Pomme et Madame Pomme sont en train de fomenter quelque chose, c'est certain. Le groupe de combattantes a absorbé Monsieur Pomme (et tant pis pour les défenseurs de l'antique langue française où le masculin dominait le féminins, par exemple dans un groupe de mille femmes et d'un seul homme qui se masculinisait automatiquement..., un peu comme une réunion internationale avec cent francophones et un américain et où tout le monde se met à parler anglais). Nous ne savons toujours pas quoi, mais un nouvel indice est venu enrichir notre enquête :


Dans le reste de l'actualité, que du banal : Trump et ses tweets, Trump et 2024 (pas dans l'équipe olympique américaine à Paris mais candidat), Xi et les australiens, Poutine et ses morts de la COVID, Macron et les jeunes, Macron et El Darmaniniño, la radio qui s'auto-célèbre...

Ah si : le Goncourt, virtuel cette année, sans son menu avec 7 plats et un Oulipien qui a gagné avec un roman de science-fiction. Hervé Le Tellier (avec une majuscule à Le) conteste le genre science-fiction puisqu'il dit que son livre est ancré dans le réel d'aujourd'hui. Permettez-moi, Monsieur l'Olympien Oulipien, de contester votre contestation. La science-fiction, comme genre générique si je suis dire, couvre précisément ce type de sujet. Pas besoin de sabres laser ou de lointains futurs pour développer (avec talent) une idée étrange. Ce qui compte c'est le voyage (en l'occurence en avion) et le déroulement d'une situation innovante. On n'est plus à l'époque où ce genre s'appelait l'anticipation... Peut-être qu'un jour, un jour, les grands auteurs et les grands éditeurs considéreront que la science-fiction n'est plus un sous-genre, loin de la Littérature avec un grand L là aussi. On a le droit de rêver, non ? Mais alors, il faudrait que les grands éditeurs changent un peu, ce qui est loin de la réalité, reconnaissons-le. Peut-être devrais-je écrire un roman de science-fiction sur un monde où les éditeurs ont changé et le soumettre à Gallimard ?...