jeudi 18 février 2021

Hommage aux auteurs insoupçonnés

Aujourd'hui, out of the blue, j'ai une pensée émue pour l'Humanité pendant cette crise COVID. Pas pour toutes les raisons que nous connaissons bien maintenant, dans plein de dimensions différentes : la santé des malades et les morts, la coopération internationale où certains se servent en premier et tant pis pour les autres malgré les discours creux, les minorités mal servies en vaccins, les métiers fracturés dans l'événementiel, la culture, le tourisme ou le convivial, les aspects sociaux et économiques ou les conséquences politiques.

Non, je pense à l'Humanité consommatrice de culture, et en particulier de littérature. Je pense aux auteurs.

Je pense à ce que nous a apporté JK Rowling en écrivant dans des cafés à Porto ou au Royaume-Uni. Je pense donc à tous ces romans merveilleux qui ne sont pas écrits parce que les cafés et autres lieux où on peut traîner sont fermés. Je pense à ces auteurs qui ne peuvent ou ne veulent écrire chez eux pour tellement de raisons et qui voient se refermer les portes de ces lieux magiques que sont les cafés, alors même que les torrents tumultueux de leur imagination se bousculent à travers tout leur corps, âme, esprit, coeur et autres lieux où se niche l'imaginaire.

Je pense à tout ce que l'interaction sociale apporte aux auteurs qui en intègrent les effluves dans les plats qu'ils nous mijotent lentement. Le virtuel, ou le distancier comme on le nomme dorénavant, ne nous apporte pas les mêmes interactions. Il déforme même les interactions humaines en les habillant d'un vernis virtuel plein de fausses identités et de comportements faussés par le secret des écrans. Comme si une fausse Humanité prenait le pas sur la vraie, la réelle, celle qui nous réunit, en fait.

On voit apparaître de ci de là des romans bâtis sur le virtuel, le confinement, le faux. C'est bien. Tous les sujets méritent d'attirer la littérature, qu'elle soit sur notre société contemporaine ou sur les uchronies/dystopies imaginées en forçant les traits (NDLR : j'ai le projet moi-même d'en écrire une). Mais la richesse du monde réel, souvent bien plus imaginatif que les mondes imaginés, cette richesse risque de nous manquer. De nous appauvrir.

Alors, pensons à ces auteurs, malheureux de ne pouvoir écrire dans ces lieux propices. Pensons aussi à nous, les lecteurs, les humains, et à tout ce qui ne sera jamais écrit à cause de cette crise. On pourrait se réjouir de ce qui est quand même écrit, oui, évidemment. Mais ce n'est pas la même chose. Et même si ce que je décris ne touchait qu'un seul auteur, qu'un seul roman, ce serait un drame.

Pensons-y. Pensons à vous, cher lecteur qui êtes peut-être cet auteur qui se sent empêché. 

Je n'ai qu'un mot pour vous : 

Écrivez !


jeudi 7 janvier 2021

Coup au Capitole - la presse a des mots bien différents dans le monde

Hier soir et cette nuit (en France) on a pu vivre un épisode mémorable de l'Histoire américaine. Mon billet d'hier a été publié juste avant. J'y écrivais : "Une rentrée délicate pour la démocratie américaine avec l'officialisation de l'élection de Joe Biden dans un Congrès divisé où tous les coups bas sont permis notamment pour se positionner comme candidat républicain en 2024 face à un Trump défait, furieux, manipulateur mais qui se laisse piéger par un enregistrement audio d'une conversation téléphonique désastreuse pour le démocratie, dans un état - la Géorgie bien nommée - qui va basculer de rouge à bleu dans un mouvement tectonique non prévu"

Quelque chose d'imprévu avec cette ampleur est arrivé, même si les experts qui pullulent se rengorgent tous en affirmant qu'ils l'avaient prévu. Je parle bien sûr de l'invasion du Capitole par une foule de Trumpfans (j'ai failli écrire des schrtrumpfans mais ce n'est pas drôle). Le Congrès a quand même réussi à désigner (enfin) Biden comme nouveau président après quelques heures d'émeutes inédites. En prime les démocrates auront la majorité au Sénat donc ils détiendront à partir du 20 janvier toutes les clés. Une défaite en rase campagne de Trump.

Comme d'habitude, en cas d'événement majeur, je vous ai préparé une page avec les Unes de la presse mondiale. Dux pages en fait (avec la presse internationale d'ne part, et la presse US d'autre part - encore peu remplie à cette heure matinale).

Les Unes de la presse internationale (141)

Les Unes de la presse US

Quelques exemples ci-dessous... Mais l'histoire est loin d'être finie














mercredi 6 janvier 2021

Un début d'année en fanfare GAFAM+BATX+NULS

On est déjà dans le dur et c'est à peine l'épiphanie !

  • Reconfinements autour de la France et durcissements attendus ici aussi
  • Vaccinations qui patinent mais attendues avec impatience (en tous cas par ceux qui ne monopolisent pas nos temps de cerveau pas très disponible avec des non sens anti-vax)
  • Un Brexit dont les premiers effets commencent à se faire sentir (en tous cas psychologiques) avec la nouvelle peur de la variante anglaise du virus chinois
  • Une rentrée délicate pour la démocratie américaine avec l'officialisation de l'élection de Joe Biden dans un Congrès divisé où tous les coups bas sont permis notamment pour se positionner comme candidat républicain en 2024 face à un Trump défait, furieux, manipulateur mais qui se laisse piéger par un enregistrement audio d'une conversation téléphonique désastreuse pour le démocratie, dans un état - la Géorgie bien nommée - qui va basculer de rouge à bleu dans un mouvement tectonique non prévu
  • Et une rentrée encore plus délicate pour un Macron au karma bien pâle en ce moment

Et puis, une petite réaction de ma part à ce message d'un geek respecté sur un site de geeks que je fréquente mais dont je tairai le nom par respect :

"Je pense qu'il est maintenant temps de tuer les GAFAM avant qu'ils ne deviennent, avec des groupes chinois, les vrais maîtres de ce monde."

Qu'est ce que ça m'inspire ?

Plusieurs choses :

- N'est-il pas trop tard, docteur Folamour ? Les geeks célèbrent tous les jours les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft). Il y a aussi les BATX (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi) chez les chinois et les NULS (personne) chez les européens. À part les purs et durs du logiciel libre (ou même des contenus libres) sur des machines elles-mêmes libres, ils sont / nous sommes toutes et tous des utilisateurs / clients / usagers / esclaves de ces grands groupes.

- On dirait que c'est seulement maintenant que ce type de réveil arrive, juste au moment ou on parle de plus en plus des chinois, de la bipolarisation technologique et économique USA-Chine. Comme si les américains tous seuls étaient des gentils et les chinois des méchants. Soyons clairs : ils sont tous méchants, pas par nature mais par intérêt économique et commercial. Il est vrai que lorsque le pouvoir chinois fait "disparaître" le patron emblématique d'Alibaba parce qu'il en critique la bureaucratie (et la corruption a-t-il même osé dire, le vilain), on ne peut que se féliciter de voir les américains soutenir à fond leurs GAFAM et s'octroyer le pouvoir de lire tout ce qui passe par eux - et ça en fait beaucoup.

- Signe des coïncidences inexplicables (sauf par les complotantes qui confondent corrélation et causalité), j'écoutais ce matin sur France Inter l'interview de Gérald Bronner, l'auteur-sociologue de l'Apocalypse cognitive qui sort en ce moment. Un vrai triste bilan sur nos dépendances au numérique. La dépendance n'est grave que si elle est exclusive. Et la plupart du temps elle l'est. Comme j'aime les coïncidences, je ne peux que remarquer le nom de l'auteur qui me rappelle John Brunner le pape de la science-fiction futuriste qui a beaucoup écrit sur notre monde actuel il y a quelques dizaines d'années.

- Un appel au meurtre (même des GAFAM) est un peu ridicule, mais c'est dans l'air du temps. Une violence sourde (aux autres et à elle-même) qui se développe sans retenue.

- Au moins une confirmation : les geeks, même respectés ne font pas forcément de bons politiques. Et les politiques sont rarement des geeks, tellement ils sont hors du temps et du peuple (dans leur histoire à eux) ou au contraire attirés comme des moucherons par la lumière des tweets et autres instagram d'influenceurs(euses). Un fossé qui laisse béante la fracture numérique par laquelle s'engouffrent les futurs maître du monde.

Et vous ? Réflechissez-y à l'occasion...


vendredi 1 janvier 2021

2021

Bonne année 2021 ?

Oui !

Nous retiendrons chacune et chacun ce qui nous est arrivé de mieux en 2020. Et il y en a eu ! Il y en a toujours. On se souviendra aussi de ce qu'il y a eu de pire. Et il y en a eu, les médias ne parlent que de ça, oublier 2020, mais il y en a eu aussi à tous les niveaux, sur les plans personnels.

Je ne vais pas vous faire ici ma liste, elle ne regarde que moi et mes proches. Faites la vôtre, en deux colonnes, comme avec Excel (le plus mieux et le plus pire). Et regardez les gros cailloux surtout, pas le gravier ou même la bière ! Est-ce que le confinement a été un gros caillou ou pas ? A vous de dire. Et dans quelle colonne ?

Pour 20-21 et même 22 que se passera-t-il ? Impossible à dire. Même les gros trucs prévus peuvent changer, encore plus que d'habitude. Mais c'est une bonne idée de lister ces gros trucs, importants pour vous, même s'ils ne se réalisent pas. 

Au fait, Monsieur et Madame Pomme m'ont dit de vous poster un message de leur part : 

"Nous sommes loin pour le moment, mais nous reviendrons. En attendant de nous revoir... Carpe Diem !"

Merci à Monsieur et Madame Pomme ! Nous attendrons votre retour avec patience. L'année 2021 démarre sur les chapeaux de roue et sera très riche.

 




Etrange que Pantone ait choisi pour la Couleur de l'année 2021, un mélange Soleil-Gris, non ?

mardi 22 décembre 2020

Monsieur et Madame Pomme... changent de vie - Épisode 322

Premier épisode là et épisode d'hier ici (enfin hier...)

Épisode 322 ? Oui, car c'est la révélation magique ! (3+2+2=7)

Mais où étaient passés Monsieur et Madame Pomme ? Vous vous souvenez qu'ils faisaient maintenant partie d'un groupe de combattantes. Vous vous souvenez aussi que les indices étaient maigres pour savoir de quoi il s'agissait ?

Et bien voilà ! C'est fait. Le Grand Œuvre est achevé.

Depuis lundi soir (hier), jour du solstice d'hiver, un jour traditionnellement réservé aux sorcières et autres cérémonies celtes et païennes...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

...

Hier en effet a eu lieu la conjonction de Jupiter et Saturne dans le ciel. Un événement rare et qui n'a pas été aussi puissant depuis le règne de Louis XIV.

Nous pouvons donc remercier Madame Pomme et son groupe de combattantes (auxquelles il faut ajouter Monsieur Pomme, sur le tard il est vrai) pour leurs efforts qui ont permis de déplacer des montagnes des planètes. Peu d'initiés étaient au courant, mais le résultat est là.

Vu de loin, la conjonction des deux planètes ressemble à une boule de Noël (on l'appelle l'étoile de Noël d'ailleurs) mais cette année, à une pomme !!! Eh oui !!!

Sur cette bonne nouvelle, Monsieur et Madame Pomme vous souhaitent de bonnes fêtes et vous embrassent !