mardi 10 décembre 2013

Chocs de télés

Ce week-end, il y a eu choc de télés comme d’habitude mais avec une odeur différente.

TF1 nous présentait les Miss France, parait-il réconciliées, et France Télévisions le Téléthon. Les recettes du Téléthon ont encore baissé, maintenant on en est à moins 10% sur deux ans. C’est la crise. Pendant ce temps donc, TF1 a engrangé un max de recettes publicitaires avec ses Miss dont certaines arboraient des petits cartons Téléthon pour se faire pardonner. Rude métier, mais il n’y a pas de raison que la guerre des télés s’arrête comme par magie. Le choc ne choquera que ceux qui sont encore prêts à se choquer, au milieu du grand zapping qui met sur le même plan des événements importants et des opéras-savons sans saveur.

Aujourd’hui, c’est le jour du grand show en hommage à Mandela. Images en direct encore une fois sur France Télévisions, pendant que TF1, par exemple, diffuse ses séries habituelles, et les rediffuse même. L’art d’occuper l’antenne est délicat dans ce genre de circonstances : des invités en direct, des interviews d’experts, des images d’archive, l’arrivée des officiels, un programme pluvieux. Tout ça à partir de 10 heures avec des discours et des discours. Obama est le plus attendu évidemment.

En fait, c’est bien sur les réseaux sociaux, les chaînes continues d’information, les direct en live des médias et les forums que se passe la partie la plus intéressante. Bien au-delà d’un moment planétaire comme il y en a peu, la multiplication des réactions de partout en simultané nous fait prendre conscience de l’ampleur de l’événement. Il y a en effet peu d’événement planétaires retransmis partout, et à chaque nouveau, c’est bien les nouveaux médias qui gagnent, de par leur variété. Les flux d’information modernes développent une puissance, avec une accélération de plus en plus grande. Si vous avez du temps aujourd’hui, et un accès à l’Internet et à des télés du monde entier, via un câble, un satellite ou une « box », nappez entre tous ces médias, y compris dans les langues que vous ne connaissez pas.

C’est une expérience des médias. Une expérience entre voyeurisme et communion, dans laquelle on ne sait pas si l’on rend hommage à un grand homme ou si l’on célèbre une planète en réseau. Les commentaires des commentateurs sont forcément décalés. Et ce ne sont pas eux qui nous intéressent en fait. D’ailleurs ces commentaires couvrent souvent le vrai son… « No comment ».


La télé en direct ? Un dinosaure qui se rediffuse elle-même, incapable de tout rendre à la fois. L’habitude de scénariser la réalité est devenue tellement forte que le pur direct a maintenant quitté le simple domaine de la télé pour envahir celui des écrans multiples. Le paradoxe est qu’il est devenu assez facile de regarder plusieurs écrans à la fois, mais il reste impossible d’entendre plusieurs sons. Et le son est fondamental. C’est celui de la vibration des chants et des voix. C’est celui de l’émotion. C’est celui qu’on aimerait ressentir en étant dans ce stade.

Mise à jour : Lu ceci. Ne croyez pas ce qu'on vous montre à la télé...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire