mercredi 8 janvier 2014

Magnats pressés

On parlait ici des nouvelles bibliothèques, et on a déjà parlé aussi de la presse et de ses révolutions, y compris aux USA. La presse, un secteur en danger, qui attend ses chevaliers blancs comme des princesses esseulées dans un harem sans homme en haut d'une tour inaccessible.

Deux petites nouvelles aujourd'hui pour mesurer les évolutions de la presse "nationale" en France.

Du côté droit, on a notre ami Dassault, le fils, propriétaire du groupe Dassault Le Figaro. Vous avez peut-être eu la chance de lire son éditorial pour les voeux 2014. Si vous l'avez loupé, c'est ici. Il s'agit en fait d'une tirade politique (normal, c'est aussi un homme politique) ultra-libérale et classique qui cite évidemment la révocation de l'Edit de Nantes : c'est d'ailleurs à cette citation qu'on reconnait la droite puritaine et libérale, petite astuce pour vos prochains diners en ville. Il y a eu à ce sujet un article fumeux dans Newsweek, plein d'erreurs relevées ici par exemple, sur le même thème du France Bashing. La journaliste y use de la même métaphore. La rédaction en chef est gênée mais assume. Grosse tranche de rigolade.
Notre ami Dassault, donc, risque d'aller devant la justice si son immunité est levée par le Sénat... Avez-vous remarqué d'ailleurs qu'il y a très peu de différence entre immunité et impunité ? Rien à voir avec la presse mais avec ses activités politiques. On en parle beaucoup dans la presse (hier et aujourd'hui) sauf dans ... Le Figaro.
Mise à jour : Raté, im(m/p)unité conservée...

Du côté gauche (si tant est qu'il en reste), on a notre ami Niel, le patron de Free et du conglomérat autour, qui avec ses deux copains Bergé et Pigasse est déjà actionnaire fort au groupe Le Monde qui inclut par exemple le Huff Post. Niel est donc en pourparlers exclusifs avec le Nouvel Obs pour un "rapprochement". Le Monde et le Nouvel Obs dans le même bateau, on en parle depuis longtemps... Niel le fera-t-il, et avec ou sans Bergé ? Tant que rien n'est signé, il ne faut pas vendre l'ours du journal, et ce n'est pas la première tentative de prise de contrôle d'un des groupes par l'autre. En tous cas il y aurait là un groupe fort intéressant, qui comprendrait d'ailleurs Rue89.

Comme pour Bezos et le Washington Post, les nouveaux Tycoons sont donc bien issus des technologies de la communication et de l'information. L'armement est en chute libre, et on ne parlera pas ici des échecs de Lagardère qui préfère parader dans les pages internes des médias avec sa femme que de s'occuper d'un secteur aussi dangereux et risqué que la presse ou l'édition. En France, on n'a pas beaucoup d'autres Tycoons comme Xavier Niel. Orange est plus une organisation qu'un individu.

Attention quand même au danger : Un magnat chinois du recyclage de déchets a annoncé mardi son intention d'engager des négociations en vue d'un rachat du «New York Times». Il y a des Tycoons ailleurs, en Chine notamment mais dans tous les BRICS. Mais que les déchets investissent dans la presse noble serait un signal plus qu'ironique, après les accusations de presse pourrie qu'on entend de temps en temps, n'est-ce pas ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire