mercredi 16 septembre 2015

2024, deux ans de vacance

Pas de s à vacances, on n'est pas chez Jules Verne ici quand même ! Mais il s'agit bien d'une vacance temporaire.

Les cinq villes candidates aux JO de 2024 sont enfin connues. Deux ans de préparation de dossier avant de se retrouver (les cinq ensemble a priori, sauf si l'une décide de se retirer dans une sorte de CIOtus interromptus...) Cela se passera au Pérou en septembre 2017 - après la fin de ce blog a priori, sauf si...

Le CIO a donc annoncé les candidatures de Budapest, Hambourg, Los Angeles, Paris et Rome par ordre alphabétique. Paris fait partie des favoris mais tout dépendra de la qualité de la préparation et du lobbying. Il y a quatre villes européennes. Los Angeles a l'avantage d'être la patrie de Hollywood et donc des sponsors médiatiques mais le désavantage d'être américaine, alors que les JO de 2016 seront au Brésil et ceux de 2020 au Japon (juste de l'autre côté de l'Océan Pacifique). En Europe, Paris est la candidature la plus sérieuse a priori. On suppose que les français ont compris l'importance d'une démarche sérieuse et coordonnée pour réussir dans ce type de compétition. D'habitude les français aiment bien afficher leurs divergences jusqu'au dernier moment, histoire de se faire mousser chacun de son côté, alors que les américains par exemple règlent leurs comptes à huis clos avant d'afficher un front uni. C'est un trait culturel français évident dans un contexte international. C'est con, mais c'est profondément installé dans les comportements de dirigeants pleins de leur propre ego.

D'autant plus qu'en 2017 il se passera quelques élections en France. Le dossier sera préparé par la gauche et par des professionnels, mais le vote du CIO aura lieu après les élections du printemps. Quant aux Jeux eux-mêmes cela sera pour le président élu en 2022. Qu'il (ou elle) soit frais ou reconduit, le président qui inaugurerait les Jeux de Paris serait donc peu associé à sa préparation, sauf si c'est Valls. En effet le premier ministre actuel est le seul à pouvoir être associé à l'ensemble du processus, d'aujourd'hui à l'ouverture des Jeux, puisqu'il coordonne le gouvernement, qu'il pourrait être élu en 2017 et reconduit en 2022, à moins que Hollande ne soit réélu en 2017 et que Valls soit élu en 2022. Remplacez Valls par un autre ministre ou futur Premier ministre si vous préférez... Quand à Anne Hidalgo, il faudrait qu'elle soit réélue Maire de Paris entretemps, et pour bien faire que la Région Île de France reste à gauche. N'oublions pas également que certaines épreuves pourraient avoir lieu en Normandie ou à Marseille...

Les soutien populaire est toujours particulièrement délicat à obtenir, surtout en France. Les habitants se sentent dérangés par des travaux pharaoniques, des taxes et impôts qui augmentent, des embouteillages à n'en plus finir et plein d'étrangers venus salir nos belles rues propres (Hum) sans compter les mesures de sécurité et la frilosité face à l'innovation. Ils ne voient pas toujours les nouvelles infrastructures possibles pour une Ville et une région en pleine modernisation, ni les financements privés ou les recettes attendues, ni la transformation des transports en commun, ni les capacités d'échanges avec des étrangers venus pour le plaisir, sans compter les jeunes et volontaires intéressés par un tel événement. La population ne comprend pas bien non plus la coordination des échéances, entre les JO 2024, l'expo universelle 2025 et le Grand Paris et ses chantiers tout autour de la capitale.

Il faut dire que les explications de nos chers décideurs ne sont pas très pédagogiques ou même claires. Seulement voilà. Maintenant c'est fait. Paris est ville candidate officielle. Donc il faut y aller vraiment. Nous venons de quitter le plongeoir et sommes suspendus en l'air, la pointe des pieds touchant encore légèrement la planche, avant de toucher l'eau dix mètres plus bas avec un saut complexe pleins d'arabesques et de pirouettes. Synchronisé, en plus, entre tous les sportifs présents. Le film est au ralenti. Nous mettrons deux ans à toucher l'eau, mais le plongeon est parti. A nous de le réussir et d'avoir une bonne note. La meilleure.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire