dimanche 27 mai 2012

Du temps de cerveau disponible pour ... Le dimanche des stars

Tous les dimanches c'est la même chose pour les stars et les people. Que faire ? Ou se montrer ou rester tranquille ? C'est une question pour tous les dimanches sauf aujourd'hui. Ce dimanche, le choix est trop difficile, y'a trop d'endroits ou se montrer. Nous allons donc donner quelques conseils d'organisation.

Premier conseil : ayez sous la main en plus de vos équipes habituelles de soutien (coiffure, maquillage, robes et costumes, garde du corps et secrétaire à tout faire) un jet privé et un sac rempli de lunettes de soleil toutes différentes, mais évidemment de grandes marques.

Commencez donc de Cannes si vous avez de la chance, ou de Bakou si vous n'en avez pas eu et que l'on vous a obligé à y aller. De Bakou, après un spectacle sans grand intérêt sauf celui des babouchkas russes survitaminées, des mini-jupes virevoltantes et des gymnastes bougeant à peu près en rythme avec les bruits de fond qu'on appelle "musique" à l'Eurovision, après vous être déplacé dans les rues en limousine offerte par le Président, aux vitres tellement teintées qu'elles vous empêchent de voir les rares manifestants pas encore emprisonnés, vous avez donc ajusté votre première paire de lunettes de soleil pour vous protéger des photographes : surtout ne pas être vu ici. Heureusement, l'avion privé mis à votre disposition vous offre quelques heures de sommeil avant de rejoindre La France, par un vol Bakou-Nine Bakou-Nice.

De Cannes ou de Nice donc, en ce dimanche matin, une seule destination possible : Monaco, ses vaches, son prieuré et son supermarché. Une journée en pleine lumière pour le grand prix de Formule 1 le plus "glamour" de l'année. Pour le coup prévoyez trois paires de lunettes de soleil : une pour l'arrivée pour cacher vos cernes, une plus légère pour les salons et jardins VIP, après tout vous êtes entre vous, et enfin une sérieuse, bien opaque et d'un grand couturier pour les abords de la piste. Je vous recommande un iPhone avec écouteurs spéciaux pour diffuser du bruit anti-bruit de voitures (si,si, ca existe) et pour faire semblant de prendre des photos comme si vous y connaissiez quelque chose.

Vous bruncherez donc à Monaco, à l'ombre. Attention à bien serrer vos grains de caviar sur vos blinis, car les vibrations des voitures de course pourraient les faire tomber et ce serait une vraie faute de goût. Pour le caviar Béluga, je recommande des lunettes de soleil de couleur neutre pour ne pas confondre avec des œufs de lumpe. J'espère au moins que vous avez rapporté du caviar de Bakou dans le sac spécial VIP de bienvenue.

Pas la peine d'attendre la fin du grand prix, vous pouvez tranquillement repartir à Cannes. Le sport ne vous interesse pas. Tout le monde attend le palmarès et vous devez vous changer pour une tenue plus starisée et vérifier avec votre secrétaire à tout faire qu'il ou elle sait toujours le faire. Le moment est ensuite bien vu pour vous promener et satisfaire les festivaliers qui n'ont que ça à faire, eux. Une paire chic et légèrement décalée vous attirera peut-être quelques couvertures. Osez les couleurs sans tomber dans le Elton John.

Certains esprits simples croient encore que les lunettes de soleil servent à se protéger du soleil. Ha ha. Nous ne sommes plus des inuits qui utilisaient des lamelles d'animaux pour se protéger ou des chinois qui utilisaient des pierres précieuses. La star moderne chausse ses lunettes à toute heure, dès qu'il y a un objectif photo. De préférence quand il fait très sombre déjà. Les lunettes spéciales VIP sont prévues pour laisser passer toute la lumière uniquement pour vous et rien pour les autres. C'est une technologie basée sur la vitre sans tain chère aux romans d'espionnage.

À partir du palmarès du festival, c'est la course. Comptez une demi-heure pour rejoindre votre jet à Nice, direction Valenciennes pour le match amical de foot de la France. Ce n'est pas obligatoire bien sûr, mais vous devez déjà penser a l'Euro qui approche (puis le Tour de France puis les JO) et vous donner un air sportif "de masse". Dans le stade, bien en face des caméras dans le carré VIP, osez des lunettes de soleil très grandes, sportives, pour montrer à tous que malgré votre grande fatigue et la force des éclairages vous avez tenu à marquer votre soutien.

Enfin, vous revenez à Paris,en avion puis en hélico, et vous passez au village de Roland-Garros pour l'after de la première journée et faire croire que vous y avez assisté. C'est la partie la plus délicate. Votre secrétaire à tout faire, qui est venu directement ici sans passer par la case Valenciennes en squattant une place à bord du vol Cannes-Bois de Boulogne, vous a acheté le kit parfait du fan de Tennis, avec sac, serviette et attache lunettes de soleil. Vous avez suffisamment d'entregent pour faire croire que vous avez vu les matchs et vous pouvez enfin dormir normalement vers 4 heures du matin. C'est déjà lundi (de Pentecôte) et vous pourrez passer tranquillement la quinzaine dans les loges du court central avec seulement une paire de soleil différente par jour. Les vacances quoi !

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire