mardi 4 septembre 2012

Emotion Rentrée

Séquence émotion.

Aujourd'hui donc c'est la rentrée des élèves (après celle des profs). Emotions garanties quel que soit le scénario :

Je suis élève et c'est ma première rentrée (maternelle, CP, 6°, 2°)
Tout le monde m'en a parlé, mes parents, mes frères et soeurs, mes copains-copines, mais quand même je sens un moment bizarre au fond de moi. Une surprise, et dieu sait que les enfants sont surpris par les surprises. Bon ou mauvais ? Qui vais-je rencontrer ? Que va-t-il se passer ?
Je n'arrive pas à me souvenir de mes précédentes rentrées, ou alors tout était si différent.
En plus mes parents ont l'air si tendus ou si faussement détendus ! Ca cache quoi ?
(Avec variantes du genre je pleure, je me mets en colère ou je snobe mes parents)

Je suis élève et c'est de nouveau la rentrée (toutes les autres classes)
Pas de quoi en faire un plat. J'ai hâte de savoir ce qu'on fait les autres cet été et avec quels profs je vais être. Ma mère a voulu m'accompagner, vivement qu'elle reparte. C'est un jour presque normal, mais quand même je me sens tout excité. Que j'aie envie d'y aller ou pas du tout, c'est quand même le début de tout un tas d'histoires. Je n'en ai parlé à personne, mais cette année j'ai pris plein de résolutions ! On va voir ce qu'on va voir ! Et le dernier Titeuf vient de sortir !

Je suis enseignant
C'est la rentrée et je sais que ce sont les 5 premières minutes qui comptent pour asseoir mon autorité et mon image. J'ai envie que tout s'adapte à moi, à ce que je veux faire et je suis déterminé à le faire, même si je sais qu'au contraire c'est à moi de m'adapter à mes collègues, mon école, mes élèves et surtout aux parents. Si je débute, je suis nerveux, tétanisé, effrayé malgré tout ce que j'ai pu préparer, et tout ça en l'absence de formation préalable. Si je suis un vieux de la vieille, je sais que je vais tout de suite repérer les zones de trouble, dans chaque classe et dans l'établissement.

Je suis parent
Grand moment d'émotion. C'est certainement bizarre pour eux, mais pour nous c'est un moment où l'on se sent très angoissé, sans oser l'avouer évidemment, non mais. Je me souviens en quelques minutes de toutes mes propres rentrées que je croyais avoir oubliées, de toutes les siennes (et des frères et soeurs éventuellement). J'ai beau savoir que cela ne dure qu'un jour, je sais que le jour de la rentrée crée la vraie fracture dans l'année, beaucoup plus que le premier janvier. Maintenant commence le marathon habituel avec papiers à remplir, achats à effectuer, inscriptions à courser et rythmes circadiens à modifier.
Est-ce que je vais être parent d'élève élu cette année ?

Je m'en fous
Je n'ai pas d'enfant / Les miens sont trop vieux / Je n'ai pas le temps de penser à des choses pareilles...
Je m'en fous et je me sens râleur, mais il n'empêche que depuis ce matin la ville est différente. Tout le monde est là, les voitures, les gens dans les transports et dans les magasins. Mais d'où sortent-ils ? Ils étaient cachés où ? En plus maintenant tous ces petits enfants avec leurs gros cartables et ces ados en grappes encombrent les trottoirs. Vivement les prochaines grèves dans l'éducation ! Je joue au blasé mais peut-être que ça me rappelle quelques souvenirs quand même !

Je suis un homme politique
Comment exploiter la rentrée ? Si je suis de gauche, c'est facile, je dis que la rentrée se passe bien, en tous cas mieux que si Sarkozy/Chatel étaient encore là, et que tous les problèmes viennent d'eux. Si je suis ministre, je dis que tout va être corrigé bientôt, et au fond de moi je me sens l'homme le plus important de France en ce jour. Si je suis de droite, je parle d'autre chose pour brouiller le message ambiant d'optimisme et j'en profite pour régler mes comptes entre amis (de l'UMP évidemment). Si je suis ancien ministre de l'éducation, je fais de la fausse provocation avec Pétain (+1 Godwin) puis je m'excuse, ça ne sert à rien mais ça fait parler de moi.
En tous cas c'est un moment sacré dans la société française et je le respecte (à cause des électeurs).

Je suis un homme de médias
Je fais des reportages avec si possible des bouts de chou dedans ou des ados à peine réveillés, en alternant écoles rurales, quartiers défavorisés et comparaisons internationales. Ou alors j'écris des articles dans mon blog, pour montrer que je suis, après tout, un humain comme les autres.


Et vous, qui êtes vous ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire