lundi 26 novembre 2012

En grève

La politique française est parfois bien déroutante, surtout quand on s'éloigne quelques jours de son attraction étrange et qu'on lit moins les médias qui jouent au psychodrame permanent.

Étant donnés les ridicules batailles dans la cour d'école de l'UMP, l'absence de pion pour faire régner l'ordre et le refus du CPE ou surgé, juste parti en retraite, pour venir faire de l'ordre officiellement, on se dit que le petit Nicolas de Goscinny est LE livre à relire pour comprendre toute cette affaire. On se dit aussi qu'il est urgent de parler d'autre chose.

Grande est l'angoisse du blogueur devant l'inanité de tout commentaire sur une réaction nucléaire qui échappe à tout contrôle.

Alors la grève du blogueur est la seule solution. Avec une revendication sur la moralisation des politiques qui sont tellement obnubilés par le pouvoir qu'ils en oublient tout sens commun et qui demain continueront à critiquer tout et son contraire comme si de rien n'était.

Demain par contre, avec la fin des assises de l'enseignement supérieur et de la recherche, on aura un vrai sujet, qui concerne des millions de gens pour des années et qui a du sens pour l'avenir de notre pays. Demain, on en parlera donc. Mais, en attendant, laissez-moi cuver mon sirop d'érable et digérer ma poutine.

Blogueurs de tous les pays, unissez-vous !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire