lundi 5 novembre 2012

François lao

François est en visite au Laos aujourd'hui, pour un Sommet Asie-Europe et plus si affinités.

En ce qui concerne les lao, la situation est en train d'évoluer très rapidement. Ce pays, longtemps considéré comme le plus calme, tranquille et arriéré de la région est en train de devenir un enjeu régional fort. Après des années de soutien régional notamment de la part des vietnamiens, le Laos est devenu le territoire de choix pour l'extension de la coopération chinoise. A marches forcées, ce pays se développe, développe ses infrastructures. Ses riches s'enrichissent, ses pauvres non. La douceur de vivre de Vientiane, légendaire, est-elle en train de s'estomper au profit (si je puis dire) d'une industrialisation à la chinoise ? Le Laos reste en tous cas un haut lieu de coopération avec la France, notamment dans le domaine de la santé. François visitera d'ailleurs l'Institut Pasteur de Vientiane.

En ce qui concerne l'Asie en général, réunie au Sommet au Laos, l'Europe s'y est précipitée et François aussi, même pour 24 heures et Lao Tseu sait que les voyages sont longs ! Comment vendre les atours de la France aux pays asiatiques qui connaissent un fort taux de développement, qui cherchent des investisseurs pour leurs pays tout en cherchant où investir en Europe, qui s'inquiètent des protectionnismes rampants contre l'industrie asiatique, et qui refusent les modèles occidentaux comme seuls modèles possibles de développement et de démocratie. Beaucoup de choses se passent par le contact direct, l'acceptation de l'autre, le respect de son long passé et la franchise du contrat moral que personne ne peut rompre sans perdre la face et donc toute possibilité de contact futur. Et, au fait, savez-vous que la Chine change de président ce jeudi dans un processus prévu d'avance, mais sait-on jamais, depuis des mois, lors d'une réunion du conclave comité central du parti à Pékin ? Ce changement aura une influence certaine sur la région (et plus), comme les élections américaines de demain, mais on y reviendra...

Après la complexité de la situation au Proche-Orient, que tous les autres appellent le Moyen-Orient (sauf les français), François est donc en Extrême-Orient. Ira-t-il un jour jusqu'au Pacifique, pour revenir par l'occident ? Il est intéressant de voir la différence de style dans ces voyages par rapport aux barnums des présidents précédents. Chirac était un vrai amoureux de la région et du Japon en particulier, Sarkozy un homme d'affaires en voyage. Que sera François, là-bas ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire