mardi 25 juin 2013

Exceptions européennes

Les noms d'oiseaux filent en ce moment entre Paris et Bruxelles (la partie européenne et hors-sol de Bruxelles) autour du conservatisme français, de l'exception culturelle et des similitudes entre extrêmes en France. Pendant ce temps, le reste de l'Europe fait des affaires. D'ailleurs la délégation d'hommes d'affaires chinois qui fait le tour de l'Europe s'arrête aujourd'hui en France pour une courte étape contre la montre.

On se rapproche d'élections européennes et la Commission cherche à montrer un bilan positif (nous sommes utiles et pas inféodés aux pays) et proactif (nous sommes la voix des pays et pas seulement des technocrates utiles)... Joyeux paradoxe qu'en France personne ne résout de manière satisfaisante. A gauche par exemple et sur l'Europe, c'est la cacophonie dans ce qu'elle a de moins créative (pas comme celle-ci qui est une merveille, à découvrir d'urgence pour les jeunes curieux). Le débat sur l'exception culturelle est une bonne excuse pour ça. Il donne le ton à deux jours du Sommet européen de jeudi et vendredi et permet de relativiser les autres questions, comme l'agriculture par exemple, dont il faudra bien reparler, et bientôt. Ou l'économie.

En Allemagne aussi c'est l'exception. Plus on se rapproche des élections de l'automne et plus Angela dévoile sa stratégie : tout pour la croissance et l'austérité attendra. Faites ce que je dis à l'extérieur de mon pays, mais ne faites pas ce que je fais dans le mien, voici la nouvelle devise de la forte femme forte de l'Europe. Même en Allemagne cette position fait hausser quelques sourcils libéraux. En bref, cela veut donc dire qu'en 2014 l'Allemagne sera en pleine relance alors que la France sera en pleine austérité. C'est ce que les économistes appellent la dissonance des cycles : l'un décolle quand l'autre ralentit et les rythmes de chacun ont du mal à se synchroniser, car certains pays sont toujours à la traîne des autres. Lorsque Angela prône la croissance et la justice sociale dans son pays, ce qui est exactement le programme du "PS" allemand, ne joue-t-elle pas avec un cynisme assuré, et très fort politiquement, le rôle que François voudrait jouer en France ? Malheureusement une crise ça met longtemps à se résoudre, car par exemple on utilise les impôts de l'année précédente pour gérer le budget de l'année suivante et lorsque cela allait mal avant, les recettes liées aux impôts baissent logiquement et l'inertie s'étale sur plusieurs années. Il est de temps en temps nécessaire de resynchroniser, brutalement. Un paquebot ça vire lentement, et le Titanic en sait quelque chose. L'inertie est un mot polysémique. Encore faut-il anticiper et tourner le gouvernail à l'avance. C'est pour ça que dans tous les ports, il y a des pilotes qui savent gouverner et négocier les virages. Mais foin de métaphores marines.

Ces dissonances dans les rythmes introduisent en effet des phénomènes de battement, comme pour les cordes d'une guitare pas vraiment bien accordée.

La muse Harmonie n'est pas la nymphe Europe, ni le héros Europe. Les mythes fondateurs de la Grèce antique ont permis de passer d'un monde où la femme était la déesse à un monde patriarcal dominé par des mâles, et où nous vivons encore aujourd'hui. En France en tous cas.

Même Ulysse à réussi à se perdre en Méditerranée. L'Europe continent va-t-elle se retrouver cette semaine ? Ca parait mal parti !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire