samedi 17 mai 2014

L’Europe, un musée ?

J-8 avant les élections européennes (un seul tour et les listes à moins de 5% sont un vote perdu sans élus). La passion française pour ces élections frise la frigidité absolue. Par exemple à Paris où il y a 31 panneaux d’affichage des listes (comme dans toute la région Île de France), la plupart des panneaux sont vides. J’en ai noté 2 remplis dans mon quartier ! Même les listes n’y croient pas.

Beaucoup craignent que Paris devienne une ville-musée et la France une région de l’Europe pour le tourisme. Uniquement. Comme un pays en développement. C’est évidemment oublier les forces existantes. Mais dans beaucoup de ces débats, à force de rechercher les effets indirects, on en arrive à oublier les effets directs :

Dans toute élection, il y a ceux qui votent pour une liste car cela va envoyer « un message » aux pouvoirs en place. Il y a aussi ceux qui appellent à voter pour ou contre tel combat, sans rapport avec les enjeux directs de l’élection. C’est de plus en plus fréquent. C’est comme du billard à trois bandes. C’est beaucoup plus difficile que de viser directement une bille. C’est encore plus vrai quand le fait de privilégier les enjeux indirects d’une élection va dans le sens contraire des enjeux directs.

Quel est l’enjeu direct des élections européennes de cette année ? Il est double : élire des représentants au Parlement qui vont aller dans le sens que vous voulez : une Europe libérale ou une Europe protectrice par exemple, quel que soient les domaines qui vous semblent prioritaires ; et élire le futur président de l’Union européenne. Tout ça pour 5 ans. Les enjeux directs s’arrêtent là. Tout le reste est indirect : Avoir plus ou moins d’Europe ? Sortir de l’Europe ? Envoyer un signal de défiance ou de ras-le-bol au gouvernement ? Dire merde à François ? Prier pour une Europe qui va dans votre sens sur un dossier chaud en se foutant des autres ? Renforcer le fait que la France va voter à l’extrême-droite et pour la droite eurosceptique ?…

Dans beaucoup de pays européens, les débats parlent d’Europe et pas uniquement de politique intérieure. En France, pas de débat européen, ou presque pas. L’abstention sera le refuge de tous ceux qui voudront dire leur refus de choisir, comme la somme de tous les votes sur les petites listes sans aucune chance d’avoir même un dixième d’élu. On peut prédire que l’abstention sera la gagnante de ces élections. En France, ferons-nous mieux qu’ailleurs ? Serons nous parmi les pays les plus abstentionnistes ? J’espère que non. Il faut être optimiste.

Alors ce soir et cette nuit, pendant que vous participerez à la Nuit européenne des Musées, créée à Berlin en 1997, pensez à ce que cela veut dire :
- Nuit ? Voulez-vous que l’Europe et/ou la France tombe dans une nuit déprimante ?
- Européenne ? Voulez-vous influer même un peu sur l’avenir direct de l’Europe ?
- Musées ? Voulez-vous que la France devienne un Musée ?
- Entrée ? Ou sortie ?
- Gratuite ? On entre gratuitement ou on rase gratis ou on paye à la sortie ?

Profitez de cette Nuit pour y penser avant que les autres agissent en votre nom… Mais c’est simplement ma voix, une voix ;)


Aucun commentaire:

Publier un commentaire