mardi 22 juillet 2014

Les BRICS gagneront-ils la RoboCup ?

Après la Russie, la Chine, mais dans l'ordre inverse. On vous avait parlé ici de la visite de Poutine en Amérique latine. C'était il y a dix jours. Entretemps le Sommet des BRICS s'est déroulé. Ey les patrons des BRICS ont poursuivi leur tournée avant de rentrer chez eux. Le dernier est le président chinois, qui termine sa visite par Cuba (là où Poutine avait débuté).

Tout le monde se précipite chez les Castro. Histoire de faire un autre pied de nez aux américains des USA certainement. Dans la dépêche précitée de Chine Nouvelle j'ai noté ces phrases : "L'élan de réforme de la Havane crée de nouvelles opportunités pour approfondir sa coopération avec la Chine, et d'autres grandes économies du monde, les Etats-Unis en particulier, devraient eux aussi tenir compte de ces évolutions et repenser, de manière sérieuse, à leur politique envers Cuba. Pour cela, Washington devrait d'abord lever ses sanctions, puis rejoindre la Chine et d'autres pays pour devenir un partenaire constructif de Cuba, et ce au profit non seulement de ce pays des Caraïbes, mais aussi des Etats-Unis eux-mêmes."... Mignon, hein ? Les chinois stent discrets dans leur politique, mais quand ils se déplacent, ils signent des accords à tour de bras. En Afrique, mais aussi en Amérique latine, leurs voisins de l'autre côté du Pacifique le bien nommé.

Poutine a fort à faire en Europe, lui, pour se dépatouiller des brumes dans lequel son empire se désagrège. Pendant ce temps, les autres BRICS caracolent un peu partout dans tous les pays en développement. Saviez-vous qu'en ce moment a lieu au Brésil la Coupe du Monde de Football par exemple ? Non, non, je ne rigole pas. La Coupe du monde de foot pour les robots humanoïdes est en pleine action et on espère que les bleus iront loin dans cette RoboCup (attention à l'orthographe). Pendant ce temps l'Inde et l'Afrique du Sud freinent l'accord de Bali pour l'OMC, et il ne reste plus qu'une dizaine de jours avant la date limite.

Rappelons que la principale décision de ce Sommet des BRICS est bien la création (enfin finalisée) de cette banque de développement, à la fois complémentaire et concurrente du FMI et de la Banque Mondiale. Le message est clair : si ces institutions, dites de Bretton Woods, ne se réforment pas au bénéfice des pais en développement (comprenez les BRICS dans un premier temps), alors d'autres instruments naîtront à la place. Les cercles internationaux financiers et de coopération internationale sont très concernés par cette nouvelle, qui n'atteint que peu le grand public il est vrai.

Il faudra pourtant vous habituer à suivre l'actualité des BRICS. Il n'y a pas que votre jardin, votre ville, la France ou l'Europe. Même Angela le dit en rappelant le jour de ses soixante ans que l'Europe ne pèse plus que 10% dans plein de domaines...


Aucun commentaire:

Publier un commentaire