mercredi 21 septembre 2016

Les derniers feux de l'été (politique)

Non, non, ce n'est pas un remake de ce billet...

L'automne commence demain jeudi (à 16h21 en France pour être précis). C'est donc le dernier jour de l'été. Bien sûr il y aura un été indien avec ses jolies couleurs de feuilles, mais cela ne remplacera pas la douceur de cet été très chaud, la chaleur de ces doux moments où on n'a pas été trop embêté par les politiciens de tous bords. La rentrée est arrivée, avec toutes ses caractéristiques habituelles, mais le début de l'automne sonne l'aube d'une période bien différente. Rassurez-vous, on reste encore à l'heure d'été pour un mois. C'est facile à comprendre les saisons, non ?

Cet automne, auront lieu plusieurs batailles de primaires électorales, la plus importante étant à droite (20 et 27 novembre). Les finalistes seront connus aujourd'hui. Ils sont huit, ou elles sont huit. Sept hommes et une femme. On accorde le genre comme on veut, même si dans la langue française le masculin prévaut, de toutes façons les chiffres sont là. A la fin de l'automne, il n'en restera qu'un ou qu'une. Les sept autres redeviendront des nains derrière Blanche-Neige, quel que soit son sexe et quelle que soit leur appétence pour le rôle de grincheux. On va en bouffer tout l'automne... Sans compter les écolos qui vont se déchirer comme d'habitude (19 octobre et 6 novembre). Pour la gauche "de gouvernement" il faudra attendre l'hiver et ses frimas.

La fin de l'été aura été l'occasion d'une lente ré-émergence des politiciens  après leur sieste estivale, chacun choisissant la date de son retour en fonction des autres, entre ceux qui ont voulu être les premiers à rentrer et ceux qui ont choisi d'être les derniers. Toutes les tactiques fonctionnent, sauf quand les autres vous mettent des bâtons dans les roues, ce qui est, il faut bien le reconnaître, le sport favori des politiciens.

Regardez par exemple le nombre croissant de conneries dites depuis cette rentrée. La dernière en date, celle du gaulois Sarkozy, est pitoyable. Non seulement il dit le contraire de ce qu'il disait sur l'identité française en 2006, mais il se fourvoie dans des approximations juste destinées à faire le buzz. Si l'automne est à la hauteur de cette fin d'été, on est mal barrés, entre une info étique (et pas toujours éthique) et une intox inique et polémique. Le saupoudrage de petites phrases, puis de commentaires sur les réactions et de commentaires sur les commentaires est en plein essor.

L'automne en France comme ailleurs, c'est la saison des impôts et du budget. Des feuilles partout, blanches pour vos impôts et bleues pour le Parlement qui discutera de notre budget national : un budget sans grand changement par rapport à l'année dernière, année électorale oblige, et qui sera de toutes façons revu en juin prochain par la majorité de l'époque, quelle qu'elle soit. Un budget qui n'intéressera pas grand monde, puisqu'il est en fait un budget pour une demi-année. On en parlera quand même, mais la tête sera ailleurs.

N'oublions pas, en ce dernier jour de l'été, que c'est aussi l'anniversaire du premier jour de la République française (celle de 1792)... Une République Une et Indivisible. Mais tellement divisée aujourd'hui...

Vous avez chanté tout l'été ? Et bien dansez maintenant...

PS : Vous voulez une preuve de l'absurdité de l'échelle hiérarchique des valeurs de l'info dans les médias ? L'annonce du divorce d'Angelina Jolie et de Brad Pitt a éclipsé le Sommet de l'ONU sur les réfugiés, cause pour laquelle elle est pourtant très engagée... Vous avez dit "valeurs" ?

PPS : Ah zut, un des huit a été écarté de la course à l'Elysée à droite (Mariton), sauf recours avant jeudi soir. Il n'y aurait plus que six nains ? Lequel a disparu ? Simplet ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire