jeudi 23 avril 2020

Le stress de Pac-Man coincé dans la toile des notifications et des messages reçus de partout

La réalité du télé-emmerdement + quelques allégories + des conseils pour vous en tirer, j'espère

Vous êtes coincé chez vous et vous recevez plein de messages de partout.

Tout s'entremêle et vous avez du mal à discerner le privé du professionnel, l'urgent de l'inutile, l'immédiat du on-a-le-temps, l'éphémère de l'important, le positif du négatif, l'angoissant de la réalité, le vrai du faux, le hasard de la nécessité. Vous vous sentez harcelés par toutes sortes de demandes absurdement différentes qui convergent vers vous à travers vos appendices numériques. Vous ne savez pas quoi faire pour garder votre liberté, votre identité dans tout ce fatras ?

Rassurez-vous, vous n'êtes pas le seul, la seule.


Comment vous sentez-vous en fait ?

- Comme Pac-Man coincé dans son labyrinthe en train d'essayer de survire en glanant des gommes et en évitant les fantômes ? Survivre le plus longtemps possible, ou avec le meilleur "score", ou passer au niveau suivant ? Imaginez simplement que chaque fantôme est une personne différente qui vous pourchasse, à travers des tas de moyens différents sans que vous ne puissiez les contrôler. Un vrai labyrinthe comme dans les films de science-fiction ou dans les laboratoires qui font courir sans fin des rats pour trouver la sortie et la récompense...

- Comme une mouche prise dans une toile d'araignée à plusieurs dimensions, chacune étant tenue par une araignée-prédatrice différente ? Une sorte de web de webs, mélangeant allègrement toutes sortes de canaux, en permanence : téléphones, messageries instantanées, courriels, réseaux sociaux, médias sociaux, chats et clabaudages, solutions intégrées de visio et je passe les solutions sécurisées avec leurs notifications en tous genre. Votre objectif est de survive, là encore.

- Comme dans un film/livre de science-fiction, des dystopies en général, où vous êtes épiés par on ne sait qui (mais on soupçonne le pire) et où vous sentez en permanence planer au-dessus de vous l'oeil du pouvoir, en ne sachant jamais qui est qui, et qui travaille pour qui ? Brazil, 1984, Le meilleur des mondes, Un bonheur insoutenable... En attente d'un héros salvateur.


Alors, que faire ? Quelques conseils

- Le télétravail de crise, comme celui d'aujourd'hui ne ressemble en rien à un télétravail organisé et prévu à l'avance. C'est une situation inattendue avec des solutions souvent improvisées et des individus mal ou pas préparés : des collègues plus ou moins avancés, des clients énervés, des fournisseurs essoufflés, des patrons qui ne savent pas manager dans cette situation. Ajoutez à cela une organisation logistique pas facile (l'environnement technologique de travail et les connexions internet ; l'espace de travail à la maison aménagé à la va-vite ; l'environnement familial, les enfants...). À situation de crise, réponses de crise donc importance vitale d'un aménagement du temps. Il est futile d'essayer de séparer l'espace du temps. Voir mon dernier billet de blog. À vous de maîtriser le temps et les plages que vous vous réservez, à vous de fixer des règles pour définir les délais de réponse les plus pertinents : ne pas répondre tout de suite automatiquement à chaque fois. Pour les vieux, si vous rappelez les débuts du téléphone mobile, il y a eu beaucoup de réticences au lancement avec des réactions du type : j'ai l'impression d'avoir un (sans)fil à la patte, je ne suis pas l'esclave de celui qui appelle sans prévenir, je n'ai pas que ça à faire. Depuis, on s'est habitués ? Hum...

- Il y a un nombre énorme et incontrôlable de moyens de vous contacter. Quelques-uns dans lesquels vous vous reconnaîtrez certainement : téléphone fixe et son répondeur, téléphone mobile (deux numéros souvent), courriels (plusieurs adresses), messageries instantanées (WhatsApp, Messenger, SMS, iMessages), couplage de clavardages/chats avec des solutions vidéo-audio (Teams, Zoom,Skype, FaceTime, Renater...), réseaux sociaux et leurs notifications (Twitter, FaceBook, Instagram, LinkedIn, SnapChat, Twitch, Discord, Hangouts), réseaux sécurisés (Telegram, Signal) et même pourquoi pas des vraies lettres papier. J'oublie les pigeons voyageurs même si un protocole Internet en prévoit l'usage (RFC). Sur le plan des "machines", tout cela peut vous arriver vis des téléphones, des tablettes ou des ordinateurs a priori, mais peut-être que certains appareils intelligents peuvent le faire (votre frigo ? votre chaudière ? votre voiture ?

- Face à tous ces moyens et à ceux qui apparaissent tout le temps, le seul moyen de s'en tirer est de bien paramétrer vos machines et applications. Ne comptez pas sur les autres pour le faire, ils n'en ont rien à foutre ou pire ils en profitent. Exemple du comportement de Facebook qui collecte automatiquement toutes vos données venues de plein d'applications tierces, sans votre accord explicite, mais qu'on peut maintenant interdire. Ne flippez pas ! C'est juste pour vous prouver que c'est à VOUS, et vous seul, de paramétrer vos machines et applications pour votre sécurité et vos vies privées, professionnelles et mixtes. Renseignez-vous ici et sur d'autres sites similaires.

- Dans le fatras des notifications qu'on reçoit, comment trier entre le bon grain et l'ivraie ? Car comme  disait le poète alcoolisé, à peu près de mémoire, peu importe le flacon de whisky à partir de bon grain d'orge, pourvu qu'on ait l'ivresse. Ce tri est difficile, surtout lorsqu'on reçoit des notifications à des tas de moments différents, pour peu qu'on ait de la famille, des proches ou un boulot qui cause du souci. Un message reçu à une heure du matin causera plus d'anxiété qu'un message à 9h30. Et il est impossible de dire à ses contacts : "arrête de m'emmerder avec tes vidéos de blagues/chats envoyées à n'importe quelle heure" ou "je n'utilise cette application que pour des trucs sérieux" ou "ceci est mon adresse perso". Vos interlocuteurs sont aussi stressés que vous et ne contrôlent pas toujours facilement leurs impulsions, sans parler des forcenés du clic. Usez et abusez donc des notifications différenciées : masquer ou bloquer certains contacts ou messages, notifier avec des apparences ou des sons différents selon vos interlocuteurs, supprimer carrément certaines applications ou vous désabonner, les répartir sur plusieurs machines dédiées à des usages différents... Les solutions possibles sont nombreuses. Y compris d'en informer vos contacts : le matin je ne veux pas être dérangé sauf urgence absolue.

- Un dernier conseil qui boucle avec le début : Oui, la crise actuelle se terminera un jour (pas si proche, mais quand même). Oui cela redeviendra plus érable. Oui... Mais le monde aura changé et les comportements aussi, avec des bons et des mauvais côtés pour chacun. Autant s'adapter maintenant. Cela sera d'autant plus facile quand le stress aura diminué. Voire, cela aidera même à mon avis à survivre dans de bonnes conditions à cette phase de stress intense.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire