vendredi 5 octobre 2012

Voter de gauche à droite...

ou de droite à gauche.

L'ordre des élections est toujours un drôle de sujet.

Soit le gouvernement qui le change se fait accuser de manipulation, soit le gouvernement qui ne le change pas se fait accuser d'encombrer inutilement les électeurs avec plein d'élections qui se déroulent au même moment. Le PS avait accusé de tous les mots l'UMP en 2007 et donc en 2012 l'UMP accuse le PS de tous les maux. Normal.

On vote pour les conseillers municipaux, les conseillers généraux, les conseillers régionaux, les députés, le président, et certains de ceux-ci votent eux-mêmes pour les sénateurs. Tout ça avec des règles différentes, des durées différentes et donc de temps en temps des bouchons, comme en 2014 où sont prévues les élections municipales, cantonales, régionales, européennes, sénatoriales !

Tous les élèves de primaire (pas de primaires, hein, ça aussi c'est un autre genre d'élection) savent que lorsque les durées sont de 3, 4, 5 ou 6 ans, c'est dur de trouver des années sans élections. On pourrait même avoir des années avec toutes les élections à la fois ! La proposition de les étaler est donc raisonnable. Mais lesquelles déplacer ?

Ah ! Vaste sujet pas très éloigné de celui du découpage des zones et des bureaux de vote, en général traité dans le secret de quelques bureaux dans des palais très sombres.

Donc en 2014, la proposition de Francois est de mettre les municipales et les européennes comme prévu, ce qui représente le grand écart : de la plus petite collectivité à la plus grande. Il propose également de garder les sénatoriales, sachant que la vaste majorité des électeurs sont justement les conseillers municipaux qui auront été élus au printemps juste avant. En 2015 auraient lieu les élections pour cantons, départements et régions, tout le fatras intermédiaire que, ô hasard, François souhaite réorganiser ! C'est donc logique, puisqu'une réforme sera votée en ce sens normalement avant ces élections.

Vous croyiez être tranquilles ? Rassurez-vous, les urnes veillent ! Peu importe l'ordre pourvu qu'on ait l'ivresse.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire