jeudi 20 février 2014

Ki ev responsable ?

Des dizaines de tués par balles à Kiev. L'affrontement est en pleine escalade pendant que les skieurs sont en pleines descentes en Russie. La "troïka" européenne, avec Fabius, est sur place pour faire la médiation entre deux parties irréconciliables. La troïka ? Mot russe évidemment. Européenne ? vous savez, ce choix de rejet qui a été fait très récemment par le pouvoir politique en place. Les russes se sont empressés d'ailleurs d'envoyer leur médiateur à eux. Il y a de la compétition chez les médiateurs.

Vu sur 20minutes, un hôpital de fortune dans l'église

Trois mois d'occupation du maintenant fameux Maïdan, place dite de l'indépendance. Et des tirs à balles réelles. Même les humoristes habituels, et qui ont du goût et de la retenue, ne savent plus quoi dessiner pour cette situation qui ne peut pas faire rire.

Une trêve, des morts, une trêve, des morts,... une mécanique connue. Quand un pouvoir commence à tirer à balles réelles sur sa population, il franchit une ligne rouge et il ne pourra plus jamais revenir en arrière. Surtout si ce sont des armes automatiques, genre Kalachnikov (paix à son âme). Beaucoup de printemps et de révolutions ont commencé comme ça. Partout. Vidéo à ne pas regarder sur la révolution de Maïdan.

Poutine semble jouer la carte de l'intransigeance au-delà de tout contrôle. L'Humanité a sorti à ce sujet un article puissant. L'Ukraine a effectivement vocation, pour Poutine, à rentrer dans le rang russe. La petite Russie doit rejoindre la grande. Aller vers l'Europe, c'est injurier la Russie et la diminuer, dans tous les sens du terme. Ajoutez à cela quelques doigts de nationalisme et de groupes des extrêmes pour rendre la situation pourrie. Poutine doit juste être furieux que les manifestants et Ianoukovitch n'aient pas attendu la fin des JO. Quel manque de coordination ! Car sur le fond, le pouvoir ukrainien est un paillasson. Reste à choisir de qui : de Poutine, de l'Europe ou de son peuple ? La durée de vie au pouvoir du président ukrainien est courte maintenant, mais que ferait un autre ?

L'Ukraine est un pays développé. De multiples sources d'informations permettent de contrebalancer la vision officielle. Ce n'est pas la Syrie ou la Lybie. Toutes les sources ne sont pas fiables avec des réseaux sociaux qui amplifient et déforment les réactions et rendent difficile la séparation des infos et des intox. Ce n'est pas pour rien que les grands groupes internationaux se battent pour racheter et contrôler tous les réseaux (comme Facebook avec WhatsApp) ou que les Etats construisent leur propre internet, bien placé au chaud sous leur contrôle.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire