jeudi 17 juillet 2014

Côté cour (d'école) ou jardin/plage ?

La vie politique ressemble à du théâtre, avec sa scène et ses coulisses, la salle et le foyer, les acteurs et les seconds rôles, la comédie et la tragédie, les intrigues et les rebondissements. Il y aussi des intermittents en politique. Ce sont ceux qui nous gouvernent et qui oublient souvent qu'ils ne font que passer. Certains s'accrochent d'ailleurs un peu trop. Les politiques ne font pas grève, au contraire des intermittents du spectacle.

A Bruxelles on a vécu hier un Sommet européen proche du guignol ou de la commedia dell'arte. Les chefs d'Etats étaient a priori réunis pour trancher sur l'exécutif européen. Le président de la commission a été nommé, mais il n'a visiblement pas son mot à dire dans la composition de son équipe, les fameux commissaires. Le grand déballage était au rendez-vous. Normal, on est en pleins soldes un peu partout en Europe. Et chacun y est allé de son poulain. La France essaye de vendre Moscovici au poste le plus "économique et financier" possible, les italiens veulent les affaires étrangères, mais cet ensemble, qui est déjà difficile à mettre au point quand un président tout seul essaye de constituer son gouvernement devient un casse-tête quand il y a 28 "présidents" autour de la table, sans super-président malgré le souhait d'Angela, qui n'est que championne du monde de foot.

Les puissants de l'Europe se retrouveront le 30 août. Entretemps, vacances et lobbying intense pour eux et pour leurs conseillers. Augmentation du trafic téléphonique à prévoir en Europe, ainsi que des voyages entre capitales. Ca tombe bien puisque l'UE vient de demander à tous de baisser les frais de "roaming" (c'est du téléphone, quand on est à l'étranger avec son abonnement national). Le mot roaming me fait penser à une bête sauvage rôdant en attendant sa proie. Aucun rapport avec les télécoms ou la politique européenne, dites-vous ? Ah bon, vraiment ?...

Ces batailles de cour d'école entre politiques sont fréquentes. La Commission européenne qui sortira de ces nominations (dûment approuvées par le Parlement européen) gouvernera l'UE pour quelques années pourtant. Avec ces marchandages, on risque de se retrouver à la fin avec des personnes (compétentes par ailleurs) mais pas au bon poste. Il faut en effet penser non seulement en termes de compétences et d'expérience, mais aussi de nationalités, de genre, d'âge, d'origines religieuses, de familles politiques, d'affinités, de Nord-Sud, d'Est-Ouest et de je ne sais quoi encore. On verra bien qui restera sur le carreau.

On dirait une photo dans la cour de l'école, non ?

Comme au théâtre il y a le côté cour (officiel, apparat, droite, royal, courtisan) et le côté jardin (gauche et intime). C'est donc aujourd'hui aussi que Paris Plages commence. Le temps est au rendez-vous. Et Paris prend ses quartiers d'été et l'actualité politique va se calmer.

On espère que la Mairie profitera de l'occasion pour agir contre les cadenas d'amour. Faire sauter les cadenas, c'est une nécessité, partout où ils sont.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire