mardi 19 août 2014

Paris brûle-t-il ?

C'est aujourd'hui le début des cérémonies qui commémorent le 70° anniversaire de la libération de Paris par sa population. Si vous n'avez jamais vu le film Paris brûle-t-il vous devez le voir. Pas de souci il passera à la télé comme chaque année. Et vous chanterez la mélodie de la fin du film comme tous ceux qui l'ont entendue. Une mélodie joyeuse au rythme lent et décalé mais qui fait battre votre coeur et qui swingue comme un air américain et en même temps très parisien. Ca date de 1966 mais ça n'a pas vieilli...



Tout le monde ira de ses petites phrases entre maintenant et le 25 août date officielle. Chacun s'appropriera cette victoire. certains essayerons de la détourner à leur profit. Pourquoi pas, après tout ? Mais n'oublions pas qu'on parle ici d'une guerre, d'une bataille de rues et que des dizaines de plaques sont visibles aujourd'hui dans tout Paris pour commémorer la mort à cet endroit de tel ou tel résistant. Le détournement est toujours possible, et il est même nécessaire. Mais le respect doit l'accompagner. Respect pour ceux qui ont agi, à ce moment de l'Histoire - et à d'autres. Le fait que les policiers aient été parmi les premiers à agir à Paris et révélateur. En 1966, dans le film, on opposait gaullistes et communistes. Les deux ont presque disparu depuis. Mais les policiers sont restés. Et Valls, qui a fait le premier discours aujourd'hui est un peu resté ministre de l'intérieur en les célébrant ;)

C'est donc un dernier temps de commémoration pour ces 70 ans en 2014. Ca tombe bien et ça va accompagner la rentrée politique entre le premier conseil des ministres de demain matin et la vraie rentrée de lundi prochain. Les commémorations sont toujours intéressantes mais elles ne parle pas beaucoup de l'avenir, ni même du présent. Et ceux qui se battent pour une vie décente malgré la conjoncture sont obligés de penser plus à leur présent et à leur futur. L'abus de commémorations peut vite devenir contre-productif.

Certains adorent pourtant. Bientôt on pourra célébrer le retour de Sarkozy et la commémoration de son quinquennat glorieux, le plus merveilleux de tous les temps depuis Napoléon. Les bannières sont en train d'être préparées et les cérémonies vont se multiplier. Il reste quelques inconnues quand même : quels noms vont accompagner Sarkozy sur son ticket ? Maintenant qu'il est devenu un homme du passé (il est le seul à ne pas le savoir) il devrait au moins aider à faire émerger un droitillon capable de faire regagner la droite. Mais les candidats se bousculent au portillon. Est-ce que la France a choisi de vivre dans le passé, engluée dans ses propres célébrations et grandeurs révolues ? Est-ce que les médias ont choisi de ne parler que du passé et de l'éphémère présent ? L'analyse rétrospective est la plus facile à conduire. L'analyse prospective est plus délicate et nettement plus risquée !

Et à propos de photos, la réalité est toujours difficile à saisir. Ici c'est août 1944 plongé 
dans aujourd'hui, pas mai 1968.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire