samedi 11 juillet 2015

Premier week-end d’été pour les parisiens

Ce matin, les rues étaient vides et les voitures pouvaient se garer facilement.

Entre les grands écarts en vacances et le week-end de quatre jours, les parisiens n’ont pas hésité et peu sont restés. Les touristes ont donc pris le pouvoir dans la ville, surtout quand on se balade dans les hauts lieux du tourisme parisien.

Comme à chaque fois que je fais le cicérone j’ai été surpris par Paris. En guidant ma famille américaine dans plein de lieux différents de Paris je ne peux que constater l’incroyable sous-information des touristes. La plupart restent sur les autoroutes tracées par les guides et se contentent de suivre les voies tracées par les guides. On voit bien de temps en temps des isolés baguenauder dans des endroits calmes, à l’ombre s’ils sont prudents ou en plein soleil s’ils sont inconscients, mais c’est vraiment l’exception.

Paris est en soi une ville faite de frontières invisibles qui s’y croisent avec une rare complexité. D’une rue à l’autre on entre dans une nouvelle atmosphère. un nouvel environnement. Mais d’une rue à l’autre on passe aussi de l’autoroute à bovins touristes au chemin de travers pour amoureux. Tous les parisiens connaissent de tels lieux. Tous privilégient leurs routes à eux plutôt que les bourbiers retournés par les guides à parapluie jaune ou à drapeau exotique. Il fait dire qu’avec la généralisation des bâtons à selfie, cela devient dangereux et on risque de se faire éborgner par des photographes amateurs qui de toutes façons ne voient pas ce qu’il y a sur leur écran, surtout en plein soleil ou contre-jour.

Je ne vous dirai pas ici quels itinéraires existent pour les amateurs. Si vous ne les connaissez pas, pourquoi les dévoiler au risque de les abîmer. Si vous les connaissez, cela ne sert à rien de vous les rappeler. Si vous en foutez, tant pis pour vous. En tous cas aujourd’hui j’ai fait une chose que je n’avais jamais faite avant, malgré que je sois un vieux parisien : monter sur le toit du Printemps - sa terrasse plus exactement - pour admirer la vue. C’est gratuit (de plus en plus rare à Paris) et c’est beau, surtout quand il fait un grand soleil. Lisa m’en avait parlé et l’avait fait, mais je n’avais jamais jugé cela utile. Je ne regrette pas d’y être allé. Il y a d’autres vues spectaculaires à Paris, mais celle-ci est prise d’un point très central et donne vraiment une belle image de la ville. Elle est évidemment gâchée par la Tour Montparnasse, mais on peut facilement l’oublier tellement elle est loin.

Les parisiens ont fui la ville et sa chaleur collante. C’est le premier samedi depuis le début de l’été où cette impression de vide est aussi forte. C’est le signe que tout est normal cette année, quoi qu’on en dise. Les parisiens, en tous cas, vont bien ! Il leur faudra attendre une semaine encore avant le début de Paris-Plages le 20 juillet.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire