samedi 2 juillet 2016

Fierté gaie des sarkozystes

Entre la Rue de Rivoli et la Mutualité, il n'y a qu'un fleuve à traverser. En l'occurrence malgré le fait que la Seine soit revenue à son niveau normal, le fleuve est large. Presque un océan. 

Rue de Rivoli la Gay Pride marchait entre joie, musique et vigilance contre les massacres et autres terroristes anti-arc-en-ciel. Petit parcours quand même. Le premier samedi de juillet à Paris. Habituellement c'est le dernier samedi de juin, mais la semaine dernière il y avait un match de foot aux Parc des Princes et les forces de l'ordre ne savaient plus où donner de la tête. Les gays passent après le foot ! 

A la Mutu c'était le grand jour pour Sarkozy et ses boys and girls. Le projet de Les Républicains a été approuvé à main levée à une grosse majorité, quoique très légèrement moins élevée qu'en Corée du Nord, de justesse. Un projet d'inspiration 100% Sarkozy qui mécontente ses rivaux à la primaire.  Sarkozy a même reconnu qu'être président de son parti lui facilitait la tâche de candidat (qu'il n'est pas encore). Sarkozy a prêché l'unité derrière lui naturellement et a attaqué les absents comme Juppé, naturellement. Il ne changera jamais. 10 euros pour acheter le programme (provisoire) en papier. 

Un parallèle inutile entre deux manifestations ? Non, car la droite reste très anti gay. La preuve ? Pas un mot dans le texte du projet 369 pages ici (pdf) alors que la famille "classique" bénéficie d'un long chapitre. Un sujet consensuel à droite qui est tellement évident qu'il serait idiot d'en parler. Un parallèle intéressant, donc, dans les rues de Paris. Mais qu'on retrouve partout. Ici dans le cloître de l'Abbaye aux hommes de Caen... No comment. Gay, gay, marions-nous !!!


Aucun commentaire:

Publier un commentaire