lundi 2 novembre 2020

Monsieur et Madame Pomme... changent de vie - Épisode 202

Premier épisode là et épisode d'hier ici

Monsieur Pomme a eu froid et chaud en même temps.

Froid parce que sa chaudière au gaz de pommes est tombé en rade et fuyait de partout. Mais heureusement, en ce lundi matin, le réparateur est venu et a changé un tuyau. Il va pouvoir travailler à la maison en chemise et pas en parka. C'est mieux pour ses pépins qui ont tendance à geler très vite.  Froid aussi parce que le pro lui a expliqué qu'il y avait des bouchons partout comme s'il n'y avait pas de confinement ce matin.

Chaud (au coeur) parce qu'il en a profité pour donner un cours à ce réparateur-chauffagiste-plombier sur le virus : celui-ci ne comprenait pas du tout comment ça marche un virus, quelle banane ! Heureusement que tous les plombiers ne sont pas comme lui, j'en connais des plus qu'éduqués. Mais Monsieur Pomme lui a montré le film sur les balles de ping-pong et la distanciation sociale et il a vu une lumière s'allumer dans les yeux de cet homme efficace mais peu au fait de la science, donc sensible aux rumeurs et autres faux experts. Une petite bonne action qui ne fait pas de mal. Même si le film date de début avril, il reste parfaitement d'actualité ! C'est rien, mais ça réchauffe le coeur, comme disait Brassens.

Maintenant tout va bien, il travaille normalement sur des trucs dans intérêt. Et il pense à Madame Pomme coincée toute seule dans ses problèmes d'enseignement à distance... Quelle galère pour elle.

Il a écouté le premier Ministre hier soir expliquer que les supermarchés ne devraient plus vendre de produits non essentiels pour l'équité avec les petits commerçants. Il a bien dit équité et non égalité. Vous connaissez la différence ? Un dessin vaut cent mille mots :


Les gros (les grands) ont protesté évidemment, pour garder leur position, les moyens ne disent rien et les petits ne sont pas plus contents.
Tout le monde préférerait la troisième image


et l'absence de (gestes) barrière, mais voilà... on n'y est pas encore.

Monsieur Pomme a bouffé du lion ce matin, ou plutôt du pain brioché, c'est plus digeste et tout aussi efficace. Il a envie de plein de choses, et puisqu'on lui interdit d'être dans les bras de Madame Pomme, il a envie de changer le monde. Ses enfants ne répondent pas, alors il se demande ce qu'il fout là à Paris. Il est malheureux en fait. Celui donne de l'énergie. C'est bizarre. Le sens de la révolte ? La créativité de l'artiste maudit ? La non-résignation à une situation de dépendance qui le rebute ? Ou simplement l'éloignement de son amour ? Il va falloir creuser ce point et étudier comment canaliser cette énergie. Un instant Monsieur Pomme croit déceler chez lui des signes de procrastination, mais cela ne dure qu'une seconde. Il verra demain.

Il va se coucher tôt ce soir car dans la nuit de mardi à mercredi il compte se plonger dans la nuit américaine des élections, en VO histoire de parfaire son anglais (ou plutôt ses anglais d'Amérique et de Grande-Bretagne avec BBC et CNN au moins). Les choses commenceront tard dans la nuit, mais ça tombe bien car il a des épisodes de House of Cards en retard à regarder. C'est la même histoire en fait, sauf que dans la vraie vie, c'est la vraie vie et quand elle dépasse la fiction, ça donne froid dans le dos.

Froid ? Chaud et froid ? Hmmmm. Monsieur Pomme remet un pull. On ne sait jamais. Il faut faire attention.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire