jeudi 23 mars 2017

Quelques grammes de finesse dans ce monde de brutes

Attentat à Londres. Snif. Même si les anglais sont nos meilleurs ennemis depuis des lustres de lustres, on est avec eux dans cette épreuve. Leur flegme a beau être légendaire, ainsi que leur "fighting spirit", il n'est pas facile de résister à la pression du terrorisme.

Alors parlons d'autre chose. De beauté. C'est aujourd'hui le 64ème anniversaire de la mort de Raoul Dufy. Il n'y a pas que la Fée électricité dans la vie de Raoul Dufy. Il n'y a pas que le fauvisme. Il y a aussi son amour des tissus imprimés, notamment sur cravate. Quelques images et liens alors.

Une marine paisible. Un jeu de couleurs simple. La Normandie (Etude à lire ici)

Mais en noir et blanc aussi...


Dufy a commencé très tôt à travailler pour la mode, avec Paul Poiret notamment.

Pétant

Des cravates qu'on peut porter à même la poitrine (pour les femmes manchottes, comme ici) ou sur une chemise (pour les hommes). A acheter entre autres ici... ou .


Alors
Juste quelques images 
pour se donner envie d'aller plus loin. 
Il pleut, le monde est sombre. 
Un peu de couleurs.
Non ?




mercredi 22 mars 2017

Travail, famille... Et la patrie ? #FFF reste muet

Soyons clairs, je ne suis pas pétainiste du tout, mais ce titre s'imposait. J'ai hésité avec #FFF, le nouveau surnom de Fillon - François Fric Fillon - depuis l'affaire de costumes offerts par M. Bourgi l'héritier de la Françafrique.
On croyait qu'on allait pouvoir parler du fond dans cette campagne (enfin !) et puis la mauvaise foi ressurgit. Dernier billet sur ce sujet, sauf nouvelle catastrophique, car ça me/vous gave.

L'affaire Le Roux a été rondement menée. Il a suffi d'une révélation lundi soir dans Quotidien, une de mes émissions favorites et qui alterne intelligemment information, enquêtes, humour et divertissement. Ouverture d'une information judiciaire, par le même parquet financier que pour Fillon (et aussi rapidement, donc tant pis pour l'argument à la Kalimero de #FFF), puis démission forcée du ministre concerné, dans la logique de transparence qu'Hollande a défendu depuis 2012. L'autorité de l'Etat (incarnée à l'intérieur du pays par le ministre de l'intérieur justement) n'a pas été bafouée. Il ne s'agit pourtant ici que de stages déguisés en CDD avec du travail réel ou pas, sur des lycéennes de filles, et d'à peine 50 000 euros.

Un évident contre-exemple de ce que n'a pas fait #FFF en s'accrochant au pouvoir. Un signe qu'il y a effectivement de la transparence et du contrôle à mettre en place, dans le respect de la séparation des pouvoirs, puisque les parlementaires ne savent pas s'auto-contrôler. On comprend le message subliminal anti-Fillon et en même temps l'absence de réaction du camp Fillon, accusé d'ailleurs depuis ce matin d'escroquerie et de faux en écriture, ce qui est encore plus grave. L'audition de Pénélope le 28 mars sera orageuse, à moins qu'elle ne soit également avancée d'un ou deux jours pour éviter la foule des méchants journalistes.

Quand on a confiance dans la démocratie et nos institutions, on a le droit de douter et d'exiger d'autres comportements. Il est connu que le pouvoir draine beaucoup de choses derrière lui : le fric, les "amis", les femmes/hommes et l'égo démesuré. Tous les VIP du monde ont droit à des cadeaux et à des tolérances que les autres n'ont pas le droit de voir, même de loin. Cela ne touche pas que les politiques, mais aussi les artistes ou les sportifs et plus généralement tous ceux qui ont une visibilité forte. Cependant, même si on considère que c'est une tare humaine impossible à effacer, on doit s'attendre à ce que les politiques ne tombent pas dans ce piège de la Nomenklatura.

Les slogans, c'est souvent jeté rapidement à l'eau, une fois clamé par écrit ou dans la rue. Ou alors c'est tronqué comme cela arrange ceux qui les prononcent. Liberté, égalité, fraternité est une belle devise, si on n'oublie pas le mot fraternité. Travail, famille, patrie était haïssable, et le reste encore, tronqué du dernier terme comme dans le cas de ces affaires récentes. J'adore aussi les excuses invoquées par les "présumés innocents mais accusés" du genre "Moi c'est pas pareil, il n'y a pas d'enrichissement personnel" (Marine). Arguties juridiques tout-à-fait valables dans un prétoire, mais immorales dans la rue.

Saluons donc deux choses ce matin :
- la vivacité de notre presse et son indépendance ;
- la promptitude de notre Président à régler ce type d'affaires quand cela tombe dans son domaine.

Et espérons que nous n'aurons pas à reparler de ce genre d'affaires jusqu'au 7 mai.

mardi 21 mars 2017

Onze candidats : une équipe de foot

Vous avez bien dormi ?
Je parle à ceux qui ont eu le courage de rester jusqu'à la fin du débat marathon sur TF1. Moi j'ai craqué vers 23h15...

Frais au début, les candidats se sont petit à petit fatigués (et nous avec).

De gauche à droite ou vice versa, comme vous voulez. Avant.

Pendant. Vous noterez qu'on est passé d'un strabisme divergent à un strabisme convergent.

La nouvelle star, Macrona Lisa

Et ils n'étaient que cinq. Imaginez les deux prochains débats à 11 ! Cacophonie prévisible.

Chaque camp y va de son vainqueur (le sien) sans surprise et pendant ce temps les sondages s'empilent et les affaires continuent. Celui qui avait le plus beau costume était forcément Fillon même s'il n'a certainement pas sorti ses plus chers. Ils avaient tous des vestes, même Marine. Une tenue obligée pour des candidats donc. Notons quand même le graphique tenu à la main par Marine, incompréhensible et donc détourné immédiatement sur Twitter, comme ici par exemple.


On dirait presque, ce matin, que les journalistes sont déçus qu'il n'y ait presque pas eu de mention des affaires de Fillon et Marine, sauf par Mélenchon et un peu Hamon mais dans le brouhaha. L'essentiel était-il là ? N'était-il pas plutôt dans la fin d'une opposition droite-gauche classique ? Une victoire évidente pour Macron d'une part et pour Le Pen d'autre part.

Tout le monde attend donc le début officiel de la campagne à onze.

Onze ?

Mais c'est une équipe de foot ça ! Qui jouerait à quel poste alors ?

  • Gardien de but 
    • Asselineau (une vraie passoire à rumeurs et complots "c'est la faute de l'arbitre")
  • Arrière centre-gauche
    • Poutou (de l'expérience pour tacler)
  • Arrière centre-droit
    • Dupont-Aignan (roquet rageur toujours dans les pattes des attaquants)
  • Arrière extrême gauche
    • Arthaud (ratisse dans son couloir, avec obstination)
  • Arrière extrême droit
    • Le Pen (a pourtant tendance a rester très à droite et à laisser un boulevard au centre)
  • Ailier gauche
    • Hamon (poste banal pour joueur banal)
  • Ailier droit
    • Fillon (idem, mais en plus bling-bling car en face il n'y a personne)
  • Pivot central
    • Macron (pivot et s'agitant en tous sens, les ballons passent par lui, ou les coups)
  • Pivot assistant
    • Lassalle (faire-valoir du pivot central, court beaucoup pour l'épauler)
  • Avant droit
    • Cheminade (obsédé par le but, quitte à y rentrer sans le ballon)
  • Avant gauche
    • Mélenchon (le plus agressif, le plus d'expérience)




lundi 20 mars 2017

Débattre le fer tant qu'il est chaud

Le débat, le débat ! Cinq gens figés face à la caméra au début, puis s'agitant de plus en plus. 

Au début, je pensais bloguer en direct, mais c'est devenu trop emmerdant trop vite. Trop dense et trop creux à la fois, ce qui n'est pas un oxymore. 

C'est vrai que voir le public choisi par chaque candidat était drôle au début. Philippot faisant la gueule derrière Marine par exemple, avec deux molosses à la mâchoire carrée. Ou Baroin derrière Fillon (au cas où il se retirerait) avec NKM qui essaye de se recaler sur l'écran ça elle est trop à droite (haha). Ou les poupées qui hochent la tête derrière Hamon. Des militants de gauche bien typés derrière Mélenchon, bien différents des autres et donc pas tous de la couleur blanche qu'affectionne le FN. BCBG boboïsés derrière Macron, on est dans un style plus moderne mais sans saveur. 

Les trois favoris ont regretté l'absence des petits candidats. Une posture particulièrement facile pour eux. Hypocrite ? Oui, certainement. 

Mélenchon a tendu des perches à Hamon. Tous ont attaqué Marine qui a alterné des phases goguenardes et  renfrognées. Marine a attaqué Macron en assumant son rôle de marâtre et en se faisant traiter de tous les noms (Droguée aux faits-divers par Hamon qui s'est clairement choisi une bouc-émissaire, je n'ai pas besoin d'un ventriloque par Macron). Mélenchon arrêtera les guerres pour arrêter l'immigration (Marine a dit chiche). 

On attendait les attaques contre Fillon. Il s'est fait rembarrer sur la majorité pénale à 16 ans par tous. Mélenchon avait envie de se payer Fillon, le corrompu, le religieux, mais n'a fait que le suggérer. Sur la transparence c'était rigolo : Hamon a attaqué le poids des lobbies (Macron et Fillon), Fillon s'est réfugié derrière une commission (haha), Macron veut interdire les rémunérations annexes des parlementaires, les embauches familiales (ha !), Mélenchon a rappelé que seuls Fillon et Marine ont des casseroles et a proposé d'appliquer les mesures proposées par AntiCor, Marine a essayé d'insinuer des menaces et Macron l'a bien mouchée, sans qu'elle neréponde à la question. 

Macron a été plutôt soutenu par Hamon à plusieurs reprises. Mais il était nerveux et timide jusqu'à ce qu'il s'énerve sur la laïcité et le burkini. C'est d'ailleurs le premier sujet sur lequel ils se sont tous énervés. Fillon et Marine ont eu des positions très proches (trop). Macron a vendu son nouveau parti et une nouvelle dé-marche, attaquée de front par Hamon sur les dons des lobbies qui vont le forcer à ne pas être libre, et par Mélenchon qui se moque de lui (un débat au sein du PS). 

À suivre 

Après la pub, l'économie, histoire de se rappeler que l'économie contrôle les médias. Grosse engueulade sur les 35 heures, on n'y a rien compris sauf que Macron et Mélenchon sont d'accord (!!!) et que Fillon a perdu son duel avec Hamon dans un classique Droite-Gauche autour de la pauvreté en Allemagne. Marine en a profité pour essayer de faire croire qu'elle était la seule non ultra-libérale grâce au patriotisme économique et à sa haine de l'Europe. Hamon a essayé de vendre son revenu universel, version 9 depuis sa première annonce. Fillon n'a pas acheté son rêve (ah bon ?) et a sans surprise vendu la famille et l'entreprise. Macron a aussi vendu l'entreprise mais pas acheté le revenu universel, il a revendu la suppression de la taxe d'habitation. Mélenchon a critiqué l'impôt et réfuté le revenu universel. Marine a servi les vieux, les handicapés, les pauvres. 

Ensuite ? J'ai eu sommeil. Bonne nuit... Tant pis pour les sujets à venir, dont l'euro et la gloire anglaise. 




dimanche 19 mars 2017

Du temps de cerveau pour... une nouvelle brevetée

Brevet n° 62345E46
Déposé le 12 avril de l'an de grâce 1669
Par le Sieur Alceste Renhardt Polonion
A Paris,
Auprès de Maître Corpsbo
Huissier de justice royale.

Dispositif de pensée

Ce dispositif permet d'ouïr à distance des sonorités lointaines. Il est particulièrement adapté aux personnes malentendantes ou dont les oreilles ont été coupée suite à un supplice banal du quatrième ordre.

Le dispositif consiste en un ensemble de deux arceaux en caoutchouc des Indes américaines, reliés en leurs deux extrémités par des lacets en cuir de vache française qui les rendent articulés, pouvait ainsi être soit superposés, soit écartés d'un angle droit ainsi que de toutes les positions intermédiaires, de façon à se conformer à différentes morphologies. Le long de chaque arceau sont attachés douze petites pointes en acier de Tolède, reliées entre elles par un fil de cuivre d'Afrique noire. A chacune des deux extrémités de l'ensemble ainsi constitué les fils de cuivre sont effilés et vient se répandre autour d'une petite cuvette destinée à recueillir les oreillettes, cuvettes elles-même percées de deux clous en cuivre argentin, tournés également vers l'intérieur.

Lorsqu'il n'est pas utilisé, le dispositif doit être soigneusement nettoyé du sang qui pourrait s'y coller et rangé dans un sac en laine de Cordoue pour le protéger de la lumière.

Lorsqu'il est prêt à être installé, le dispositif est sorti de sa protection et nettoyé. Chacune des pointes d'acier est enduite avec soin de vitriol de cuivre pour faciliter la conduction de la pensée. Ensuite, sont attachées à chacune des deux cuvettes préalablement humidifiées avec de l'eau de source les oreillettes qui auront été préparées à l'avance. Les meilleurs résultats sont obtenus avec des petites oreilles de mouton, mais il est possible, en cas d'urgence de prendre des oreilles d'un autre animal, pourvu que celles-ci restent d'une petite taille. Le diamètre des cuvettes sert de repère puisque les oreillettes doivent pouvoir y pénétrer entièrement. Les oreilles de vache sont donc trop grandes. Les oreilles d'humains sont déconseillées pour l'usage courant car posant trop de problèmes pratiques avec les familles. Pour fixer les oreillettes, il est très important d'utiliser une colle de poisson et de bien disposer les brins de cuivre autour. Cette opération ne doit pas prendre plus de dix minutes pour garder aux oreillettes leur fraîcheur. Lorsque tout est prêt, il suffit de poser le dispositif sur la tête du patient, en disposant les arceaux de manière adaptée à la conformation du crâne et en veillant à ce que les oreillettes soient exactement à la place des oreilles (ou à la place qu'elles auraient occupé si elles avaient encore été là). Se saisir alors du petit maillet en bois et taper sur tous les clous en acier pour fixer le dispositif. Ne pas oublier les deux clous derrière les cuvettes qui doivent pénétrer dans le canal auditif.

Lorsque le dispositif est en place et que le patient a fini de crier, et s'il n'est pas mort, il devient alors possible de converser avec lui. Le son, même lointain, parviendra à ses oreilles ébahies et une conversation pourra avoir lieu.

Il n'est pas recommandé de laisser le dispositif en place plus d'une heure, au risque de perdre le patient.

Commentaires

Ce dispositif a été expérimenté avec succès sur l'inventeur par l'huissier de justice récipiendaire du présent brevet. Une conversation a pu être conduite avec succès. Nous la relatons ici pour que justice soit rendue, en valeur de ce qui fait de droit la valeur inestimable de la science en notre siècle de grandeur. Pour que l'expérience soit concluante, il faut préciser que l'inventeur a été au préalable amputé de ses oreilles par le professeur Trucmuss de la Sorbonne, afin de recréer les conditions réelles de fonctionnement. Nous relatons ici cette conversation :

Huissier (après avoir enfoncé le dernier clou) : Monsieur l'inventeur, m'entendez-vous ?
Inventeur : Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaah
Huissier : Vous m'entendez ?
Inventeur : Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah
Huissier : Bougez, si vous m'entendez
Inventeur : Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa (en bougeant)
Huissier : Bien ! Et entendez-vous la cloche de Notre-Dame qui sonne céans ?
Inventeur : Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa (en bougeant).
Huissier : Parfait ! Quelle belle invention vous réalisâtes !
Inventeur : Mmmmmmmmmmm.... (Silence)
Huissier : Bravo pour votre invention. Je vais de ce pas l'enregistrer dans mon grand cahier. (Il sort).

Post-scriptum

L'inventeur ayant décédé prématurément et de manière inexplicable (un coup de froid, selon le professeur Trucmuss), l'ensemble de ses biens, ainsi que le présent brevet ont été attribués à Maître Corpsbo, à titre de dédommagement et de revanche.

Signatures

Maître Corpsbo, huissier de justice royale
Jean de La Fontaine, fabuliste royal